Genèse - Béréshit

 

 Parmi toutes les idéologies et doctrines traditionnelles, celle d'Israël qui est née en Occident semble la plus accessible. La Torah est le recueil national d’un peuple de nomades fixés sur une terre donnée par Elohim et conquise par les armes. Quelque soit l'approche que l'on peut avoir de cette tradition, on est dès les origines confronté à une entité incontournable, l’Ange d’Israël. Sa présence est manifeste à Genèse 1/7, mais occulté comme lors de son apparition au buisson ardent.

La Torah est la principale source d'informations sur cette entité qui l’a transmise à Israël avec toute la lumière des mystères d'en haut. Ces mystères se trouvent dans le Sod, le secret, des textes. Les Israélites ont pu admirer sur le mont Sinaï, lors de leur pérégrination dans le désert de Sin, la Kavod en présence de leur protecteur céleste. La mise au point, la fixation des écritures ont été canonisées par Esdras que les Juifs considèrent à l'égal de Moïse.

En ce qui concerne les lettres anormales ou les signes diacritiques à voir sur :    

http://www.win.tue.nl/~aeb/natlang/hebrew/hebrew_bible.html


 

Le Béréshit
 

Au commencement, Elohim créa le ciel et la terre. ( En tête, le fondement, Elohim créa les cieux et la terre ).ou Dans un commencement ( il ) a créé Elohim, les cieux et la terre.

א: בְּרֵאשִׁ֖ית בָּרָ֣א אֱלֹהִ֑ים אֵ֥ת הַשָּׁמַ֖יִם וְאֵ֥ת הָאָֽרֶץ

Dans l'expression commencement Béréshit בּראשׁית, la lettre beth ב se signale à l'attention par sa taille. Cette lettre signifie maison baït dans sa désignation habituelle et représente symboliquement le temple et également l'univers. En tant que préposition du mot commencement réshit ראשִׁית elle signifie que l'univers était déjà posé ou constitué avant ce commencement. Il s'agit, ici, uniquement de l'aménagement de notre planète. Le mot cieux shamaïm הַשָּׁמַ֖יִם désigne l'atmosphère autour de la terre et non l'espace sidéral qui est dit révah רוח. Dans le béréshit בראשית se trouvent plusieurs sens cachés, les mots fils bar בר, homme aish איש, l'épouse aishêt אשת, la tête resh ראש, l'alliance bérit ברית, le feu aish אש et le fondement shit שׁית.

Ces différents éléments annoncent l'alliance de feu qui sera établie au Sinaï. Le premier mois de l'année judaïque Tishri תשרי est également présent, celui de l'aménagement de la planète terre. Si Shet שת est cité dans ce commencement, il en est de même d'un autre personnage célèbre dans la tradition hébraïque, Elie que le terme de tishbi תשבי signale, car Elie est appelé le Tishbite. On remarque aussi que les deux premiers mots בראשית ברא constituent une espèce de palindrome bara shit bara ברא שית ברא évoquant de la sorte le déroulement et l'enroulement des rouleaux de la Torah ce qui veut dire que l'univers finira comme il avait commencé.

Le mot בראשית au nombre de six lettres ou shit שית indique symboliquement le cube de la construction cosmique ou la pierre cubique que l’on doit tailler en nous ainsi que l'étoile à six branches. En l'homme se trouvent deux pierres celle que l'on appelle pierre de faîte éven harosha אבן הראשה et la pierre d'assise éven hamoussad אבן מוסד. Le nom d'Elohim אלהים dans ce commencement n'est connu que sous la forme plurielle du nom éloah אלוה qui est au masculin, mais avec une terminaison féminine ה et formé avec la désinence ym ים qui est masculine et féminine.

Par conséquent le tout semble indiquer une famille divine. Mais ce nom peut être également décomposé de la manière suivante en El haYam אל-הים qui veut dire : le dieu El אל de la mer הים ou le dieu qui vient de la mer. Cette mer que désignaient les anciens comme l'océan sans rivage, le cosmos ou Noun, les eaux d'en haut d'où sont sortis ceux que les textes appellent ceux-là éléh אלה, les dieux Elohim. Sous le nom d'Elohim sont compris tous les haïot חיוֹת, les êtres angéliques au sein de l'immanence, c'est à dire de la multitude créée. Par conséquent ce n'est pas Elohim qui crée bara ברא l'univers, car étant dans l'immanence il est la shékinah שכינה qui organise assah עשה la création. Il est le fils bar בר, premier né, en tant qu'Homme universel Enash אנש dans le cosmos.... ( texte raccourci )

Note : le verbe bara ברא ne signifie pas seulement créer mais a plusieurs significations : former, faire, façonner, couper, réduire, être né...

 

le programme des travaux d'élohim

la production de l'atmosphère

Genèse 1/2 - Or la terre était vide et chaotique, les ténèbres couvraient l'abîme et un vent de Elohim agitait la surface des eaux.

ב: וְהָאָרֶץ, הָיְתָה תֹהוּ וָבֹהוּ, וְחֹשֶׁךְ, עַל-פְּנֵי תְהוֹם; וְרוּחַ אֱלֹהִים, מְרַחֶפֶת עַל-פְּנֵי הַמָּיִם.

La signification du alef א pointé du mot terre érezt ארץ indique qu'elle était là bien avant ce commencement. Cet état achevé est signalé par le verbe être ( forme accomplie ) qui est au parfait hayétah היתה. Le souffle d'Elohim émane de la Kavod-Yhwh qui plane mérahèfète מרחפת au-dessus de la terre (Gen.8/1, Ex.15/8Ps 18/16 - 1-Rois 19/11 - 2 Sam.22/16 - Es 29/6, 30/33 - Job 26/13 - Ez 38/22 ), ce qui a eu pour effet l'assainissement de l'atmosphère terrestre par des précipitations. La kavod כבוד et les roues ophanïm אוֹפנּים sont les instruments de l'épuration de l'atmosphère et de l'aménagement de notre planète.

Job 26/13 - ברוח ושמים שפרה חללה ידו ,נחש ברח

Son souffle a clarifié les Cieux, sa main a transpercé le Serpent Fuyard

l'éclairement de la terre

Genèse 1/3 - Elohim dit : " sera lumière " et la lumière fut.4 - Elohim vit que la lumière était bonne, et Elohim sépara la lumière et les ténèbres.

וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים יְהִי אוֹר וַיְהִי-אוֹר : וַיַּרְא אֱלֹהִים אֶת-הָאוֹר כִּי-טוֹב וַיַּבְדֵּל אֱלֹהִים בֵּין הָאוֹר וּבֵין הַחֹשֶׁך

Elohim dit : sera lumière et la lumière fut. Le verbe être יְהִי est à la forme Qal imparfait temps inaccompli qui correspond au futur antérieur. Ce qui signifie, qu'il va se passer un certain temps entre le moment où Elohim dit et le moment où l'action s'accomplit vayéhi-or וַיְהִי-אוֹר. Cette lumière n'est donc pas celle du Fiat-lux qui est, elle, perpétuelle et devenue invisible à notre vue. Celle-là ne concerne que l'éclairement de la terre qui est issue du grand luminaire, le soleil.

Elohim vit que la lumière était bonne et il sépara la lumière des ténèbres. C'est un simple constat basé sur la distinction des choses. Il faut qu'il y ait un obstacle à la lumière pour qu'il y ait les ténèbres. Elohim étant dans le monde d'Assiah ne peut accomplir cette action qui est l'oeuvre du Grand Architecte de l'Univers, le Yod Gen. 1/18. Le yod de védil בדיל ( séparé ) étant pointé indique que c'est le Principe infini qui fait tourner les astres Gen. 1/18.

le décompte des jours

Gen.1/ 5 - Elohim appela la lumière "jour" et les ténèbres "nuit." Il y eut un soir et il y eut un matin, jour Un.

וַיִּקְרָא אֱלֹהִים לָאוֹר יוֹם וְלַחֹשֶׁךְ קָרָא לָיְלָה וַיְהִי-עֶרֶב וַיְהִי-בֹקֶר יוֹם אֶחָד

Elohim proclama vaïqra ויקרא la lumière jour et les ténèbres nuit. Il n'y a pas eu de création, mais la proclamation d'un état de fait : la lumière et les ténèbres. Ceci, par ailleurs, est souligné par la séparation de la lumière des ténèbres du verset 4. Il y eut un soir et il y eut un matin. La logique voudrait de ce fait qu'il y eut un soleil pour qu'il y eut un soir et un matin et aussi que la terre tourne sur elle-même. Ce jour est appelé Yom Ehad יום אחד, jour Un et non pas premier jour yom rishon יום רישון. D'autres jours ont précédé celui-là. Ce yom éhad est une étape et représente le début d'une grande aventure pour la terre et les hommes qui surgiront un jour. Il se distingue du premier jour yom rishon lorsque la lumière primordiale a surgit du néant, de l'Aïn lors du Fiat-lux du Tsimtsoum. En commençant par un soir le texte invite l'homme à examiner le ciel étoilé pour lui signifier la provenance d'Elohim.

la constitution de l'atmosphère terrestre

Gen. 1/6 - Elohim dit : " Sera un firmament au milieu des eaux et qu'il sépare les eaux d'avec les eaux".

ויאמר אלהים יְהִי רָקִיעַ בְּתוֹךְ הַמָּיִם וִיהִי מַבְדִּיל בֵּין מַיִם לָמָיִם.

Elohim dit qu'il y ait un firmament raqia רקיע entre les eaux et qu'il sépare entre les eaux et les eaux. Cette action découle du souffle de la Kavod YHWH en provoquant des précipitations et la diminution des nuées Ps 18/16, Gen. 2/5. Sur la terre il n’y avait point d’eau mais se trouvait en suspension sous forme de vapeur dans l'atmosphère, car la terre était encore trop chaude Gen. 1/2. C’est le pourquoi de la parole d’Elohim. Il nomme les choses d’après l’ordre de leur apparition selon une logique basée sur le programme établi en Genèse 1/2. L'atmosphère terrestre se mettra en place dans le passage qui suit de Genèse 1/ 7. Remarquez que le verbe être יְהִי est à la forme Qal futur.

un déluge d'eau et l'apparition de l'atmosphère

Gen. 1/7 - Elohim fit l'espace, opéra une séparation entre les eaux qui sont au-dessous et les eaux qui sont au-dessus, et cela demeura ainsi.

וַיַּעַשׂ אֱלֹהִים אֶת-הָרָקִיעַ וַיַּבְדֵּל בֵּין הַמַּיִם אֲשֶׁר מִתַּחַת לָרָקִיעַ וּבֵין הַמַּיִם אֲשֶׁר מֵעַל לָרָקִיעַ וַיְהִי-כֵן

Le dalet ד du mot séparation vayavdel ויבדל est l'équerre du grand Architecte, le yod. De nombre 4, le dalet דלת est une porte qui pivote sur 360 degrés de son axe. En ce qui concerne cette opération de séparation entre les masses nuageuses qui enveloppent la terre et les eaux en dessous, elle a lieu le deuxième jour mais ne sera effective que le quatrième jour ( signalé par le dalet ד ) lors de l'apparition des luminaires par la diminution des nuées dans le ciel du fait des précipitations. On peut du reste consolider cette idée par la racine yaval יבל ( tiré de yavdel יבדל ) qui signifie inondation, et déluge par l'expression maboul מבול, un mot issu de la même racine.

Dans ce passage Elohim ne crée pas, mais il fait, il bâtit vayass ויעש de sa main yad יד, la deuxième et la quatrième lettre de vayavdel ויבדל. Le verset 7 est très important, c'est ici que les enfants du ciel, les Anges prennent la relève du premier grand Architecte de l'univers le Yod. Cette idée est à mettre en relation avec le verbe faire vaya-âss ויעש qui apparaît pour la première fois dans ce verset sept. Ce verbe est intéressant à ce titre par la symbolique qui le porte. Il concrétise le début et la fin de cette humanité. Cela étant l'examen des lettres permet cependant d'appréhender l'idée maîtresse. Le vaw ו représente Elohim, le yod le germe ou la puissance infinie, le shïn שׂ la matrice ou si l'on veut la chair שאר.

Le ayin ע est une lettre plus complexe. Elle se compose d'un zain ז et d'un noun נ dont le jambage a été prolongé ן ou noun finale de nombre 25. Le zain, de nombre 7, est en affinité avec le ayin de nombre 70 qui est le nombre sept par réduction. Du point de vue symbolique le zain est une arme, la hache ou l'éclair ziq זיק mais aussi l'image du phallus que l'on peut s'en rendre compte par la forme de la lettre et l'étymologie de ce nom privé du yod dont la racine זין ou zanah זנה est la fornication. Mais au sens le plus général de ce mot, zïn, il peut s'agir également du dieu Zin ou Sin des Sémites, un dieu serpent ou lunaire dont le nom a été donné au Sinai. Par ailleurs la lettre zaïn ז et le samerk ס sont deux lettres permutables.

A ce propos le noun נ est dans sa représentation la plus antique le Serpent cosmique Atoum de la cosmogonie égyptienne et An de celle de Sumer. Ceci permet de relier la lettre noun à la lettre samerk qui est le Serpent Ouroboros. Le noun par cette qualité forme l'ossature du Serpent ce qui fait que le ayin est le symbole de l'ascension et de la plénitude du Serpent. C'est aussi dans ce verset sept qu'intervient la séparation des eaux ou serpents cosmiques. La synthèse de l'expression suivante: ויעש peut se comprendre ainsi " Et = ו , il est יש, le grand ayin ע ( les yeux ) celui qui a les yeux fixés sur Israël du premier jour au dernier jour de l'année Ps.102/20, Deut.11/12. - La constellation de l'Ourse assh עש joue un grand rôle dans l'aménagement de notre planète qui sera étayé dans la suite de cette étude.

Cette deuxième création est l'oeuvre du grand Serpent céleste d'après les Pérates, une ancienne secte gnostique. Ces travaux de titans sont menés par la Kavod, les Ophanim et les Galgalim - Ez 10/13, au moyen de la force pneumatique rouah רוח et de la foudre ברק Ex. 15/8, Es.11/15, Ps.18/12-16, 77/18-19. Lorsque le thème « Elohim dit » apparaît, il ne fait que constater le déroulement logique des opérations qui découlent de l'aménagement de la planète terre, c'est pourquoi le verbe dire des sept premiers jours est au futur Qal. Tous les verbes de la Genèse ( Gen.1-3 à Gen.2-3) sont conjugués sur le mode inaccompli et projettent un à venir. Il ne crée pas. Il nomme les choses selon leur ordre d'apparition. Des mondes ont été aménagés bien avant celui-ci, et il en fera d'autres. Cela est souligné clairement par Isaïe : 65/17, 66/22.

Note - " et si l'on en croit les Pérates, une ancienne secte gnostique, le ciel boréal conserve l'image et le symbole de l'Ange déchu, la trace de sa provenance. On découvre, en effet, entre la Grande et la Petite Ourse, la queue tournée vers les gémeaux et la tête vers le pôle céleste, l'immense pointillé stellaire de l'énigmatique constellation dite du Serpent ou du Dragon. Or les Pérates voyaient justement dans le Serpent le premier gnostique des mondes, celui qui détenait l'antique et primitive connaissance et l'avait communiquée au premier Homme dans le fameux jardin d'Eden ".

l'établissement de l'atmosphère

Gen 1/8 -et Elohim proclama le firmament "ciel". Il y eut un soir et il y eut un matin : deuxième jour.

וַיִּקְרָא אֱלֹהִים לָרָקִיעַ שָׁמָיִם וַיְהִי-עֶרֶב וַיְהִי-בֹקֶר יוֹם שֵׁנִי.

Le verbe utilisé dans ce passage qarah קרא proclamer est l'officialisation de l'état d'avancement des travaux du programme établi par Elohim.

la constitution des océans et l'apparition du sec

Gen 1/9 - Elohim dit : "Que s'amassent les eaux qui sont sous le ciel en un seul endroit et qu'apparaisse le sec " et il en fut ainsi.

וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, יִקָּווּ הַמַּיִם מִתַּחַת הַשָּׁמַיִם אֶל-מָקוֹם אֶחָד, וְתֵרָאֶה , הַיַּבָּשָׁה; וַיְהִי-כֵן.

Dans ce passage l'amoncellement des eaux se fait grâce à la force pneumatique, c'est à dire au rouah Elohim רוח אלהים du verset de Genèse 1/2, l'indication est donnée par le ה pointé du nom d'Elohim אלהים. Or ce souffle est provoqué par la Kavod Elohim כבוד אלהים qui plane au-dessus de la terre Is.11/15, 30/28/, 40/7, 42/14, Ex. 14/21, 15/8, Ps. 18/15-16, 33/6-7, 77/17-18.

l'apparition des continents

Gen 1/10 - Elohim appela le continent terre et la masse des eaux mers, et Elohim vit que cela était bon.

וַיִּקְרָא אֱלֹהִים לַיַּבָּשָׁה אֶרֶץ, וּלְמִקְוֵה הַמַּיִם קָרָא יַמִּים; וַיַּרְא אֱלֹהִים, כִּי-טוֹב

C'est l'officialisation ou la publication qara קרא de l'apparition des continents et de l’établissement des océans.

les algues à l’origine de la vie

Gen. 1/11 – Elohim dit : Que verdisse la terre de verdure : des herbes portant semence et des arbres fruits donnant du fruit selon son espèce des fruits qui portent en eux leur semence et il en fut ainsi.

וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים, תַּדְשֵׁא הָאָרֶץ דֶּשֶׁא עֵשֶׂב מַזְרִיעַ זֶרַע, עֵץ פְּרִי עֹשֶׂה פְּרִי לְמִינוֹ, אֲשֶׁר זַרְעוֹ-בוֹ עַל-הָאָרֶץ; וַיְהִי-כֵן.

On remarque dans ce passage que deux lettres sont pointées : le ה du nom d’Elohim et le alef א du mot herbe déshê דשא. Le ה concerne soit la pensée délibérante d’Elohim, soit une portion de l’ADN, puisque en tant que symbole la lettre ה se compose d’un dalet ד ou la tablette d’écriture דלת et du germe le yod י. Par ailleurs le nom d’Elohim étant pointé donne une indication dans le sens des plantes par l’Aloès ohalim אהלים qui est l’anagramme de son nom. Le alef étant la première lettre de l’alphabet fait allusion à l’unité première, à la durée et également au souffle primordial alef אלף.

Par ailleurs le mot déshê דשא est suivit de son synonyme èshev עשב qui signifie herbe, plante et aussi algue. On peut donc dire que les arbres et les plantes déshê דשא ainsi que les êtres animés ont pour origine commune les algues bleues èshev עשב de la mer dont le développement et l’adaptation à l’environnement seront effectifs le troisième jour. La vie est déjà présente dès le jour Un de l’aménagement de la terre ce qui est indiqué par le alef pointé א de nombre un, soit en suspension dans l’atmosphère terrestre soit dans la matière terreuse. Le Alef indique aussi qu'elle est universelle. Il n'y a que les bactéries qui peuvent survivre dans des conditions extrêmes.

En conclusion ce passage indique que la vie était présente dès le premier jour en suspension dans l’atmosphère et qu’ensuite elle a commencé dans la mer sous forme d’algues eshèv עשב et a pris possession de toute la terre.

Note : Ces algues dont la spiruline et l'Euglenas viridis, sont capables de muter sous la forme animale.

la biosphère

Gen 1/12 – La terre produisit de la verdure : des herbes portant semence selon leur espèce, des arbres donnant selon leur espèce des fruits contenant leur semence, et Elohim vit que cela était bon. 13 - Il y eut un soir et il y eut un matin : troisième jour.

וַתּוֹצֵא הָאָרֶץ דֶּשֶׁא עֵשֶׂב מַזְרִיעַ זֶרַע לְמִינֵהוּ וְעֵץ עֹשֶׂה-פְּרִי אֲשֶׁר זַרְעוֹ-בוֹ לְמִינֵהוּ וַיַּרְא אֱלֹהִים כִּי-טוֹב : 

C'est un jaillissement totsé תוצא de la verdure à partir des algues eshèv עשב qui donneront naissance à toutes les plantes de la terre.

l'établissement du calendrier

Gen.1/14 – Elohim dit : "Qu'il y ait des luminaires au firmament du ciel pour séparer le jour et la nuit; qu'ils servent de signes, tant pour les fêtes que pour les jours et les années;

וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים יְהִי מְאֹרֹת בִּרְקִיעַ הַשָּׁמַיִם לְהַבְדִּיל בֵּין הַיּוֹם וּבֵין הַלָּיְלָה וְהָיוּ לְאֹתֹת וּלְמוֹעֲדִים וּלְיָמִים וְשָׁנִים.

C'est encore le constat d'un état de fait, c'est à dire la diminution des nuées dans l'atmosphère terrestre et l'apparition des luminaires dans le ciel. L'observation des astres et leurs courses dans l'espace servent de signes ottot אתת pour l'installation d'un calendrier moad מועד. Le verset 14 indique qu'Elohim a modifié l'orientation de l'axe de la planète terre et qu'il l'a délibérément orienté sur la constellation de l'Ourse עש. Cette opération s'explique par l'apparition des saisons, car au paravent il n'y avait pas de saison et de calendrier, les jours étaient égaux. La terre avait un axe verticale par rapport à l'écliptique et au soleil. Il a utilisé la puissance de la kavod pour incliner l'axe de rotation de la terre sur la direction de son palais céleste. Tout cela s'est passé durant le quatrième jour il y a plus de 250 millions et - 30 millions d'années pendant la période du Mésozoïque qui correspond à l'ère secondaire. 

Note - On peut expliquer cela par l'apparition des saisons - l'axe de la planète terre était orienté sur la Constellation de l'Ourse, ou sur l'étoile thuban, le Serpent. Le phénomène de précession des équinoxes l'a déplacé sur l'étoile polaire

http://homes.chass.utoronto.ca/~wulfric/fre480/pyramides2_key.htmvoir : les pyramides dans la ligne de Mizar et Kochab

ou sur : http://www.ldi5.com/news/2.php/

la course des luminaires

Gen. 1/15 - et ils seront des luminaires au firmament du ciel pour éclairer la terre" et il en fut ainsi. 16 - Elohim fit les deux luminaires majeurs : le grand luminaire comme puissance du jour et le petit luminaire comme puissance de la nuit, et les étoiles.

וְהָיוּ לִמְאוֹרֹת בִּרְקִיעַ הַשָּׁמַיִם לְהָאִיר עַל-הָאָרֶץ וַיְהִי-כֵן : וַיַּעַשׂ אֱלֹהִים אֶת-שְׁנֵי הַמְּאֹרֹת הַגְּדֹלִים : אֶת-הַמָּאוֹר הַגָּדֹל לְמֶמְשֶׁלֶת הַיּוֹם וְאֶת-הַמָּאוֹר הַקָּטֹן לְמֶמְשֶׁלֶת הַלַּיְלָה וְאֵת הַכּוֹכָבִים

Le verbe faire assah עשה est en contradiction avec le verset 14 qui indique l'apparition des astres dans l'espace. Elohim ne peut ni faire ni créer les astres qui sont l'oeuvre du Grand Architecte de l'Univers, le Yod. Par contre la diminution des nuées et la stabilisation de l'atmosphère est l'oeuvre d'Elohim, ce qui a eu pour effet de permettre l'apparition des astres pour un observateur à partir du sol.

la puissance divine à l’oeuvre

Gen. 1/17 - Elohim les plaça au firmament du ciel pour éclairer la terre. 18 - pour commander au jour et à la nuit, pour séparer la lumière et les ténèbres, et Elohim vit que cela était bon. 19 - Il y eut un soir et il y eut un matin : quatrième jour.

יז וַיִּתֵּן אֹתָם אֱלֹהִים, בִּרְקִיעַ הַשָּׁמָיִם, לְהָאִיר, עַל-הָאָרֶץ : יח וְלִמְשֹׁל,בַּיּוֹם וּבַלַּיְלָה, וּלְהַבְדִּיל, בֵּין הָאוֹר וּבֵין הַחֹשֶׁךְ; וַיַּרְא אֱלֹהִים, כִּי-טוֹב :יט וַיְהִי-עֶרֶב וַיְהִי-בֹקֶר, יוֹם רְבִיעִי.

L'opération d'assainissement de l'atmosphère touchant à son terme, les luminaires apparaissent dans le ciel. C'est la confirmation du dalet pointé ד du verbe séparer vaïavdel בדיל de Genèse 1/7 soulignant que ce jour est le quatrième de l'aménagement de la planète terre. Le deuxième verbe, Elohim, approuve cette opération d'épuration commencée le premier jour. Les corps célestes, les étoiles, le soleil et la lune sont visibles depuis le sol. Le verset 16 semble être un rajout dans ce chapitre, il est en contradiction avec le verset 14 et 15.

Le verbe faire yassh יעש ne peut être utilisé pour cette création, le seul verbe possible est bara ברא. Et seule la puissance infinie le yod peut le faire, donc ce n'est pas Elohim qui crée. Aussi la confirmation de cette action est soulignée par le verbe séparer bédil בדיל dont le yod est pointé Gen. 1/18. C'est l'Eternel, le yod, qui a créé les luminaires et qui les fait mouvoir dans l'immensité spatiale. Cette opération est menée par la Séphirat binah בינה d'où la distinction d'entre le jour et la nuit et que confirme ( oubéin ובין et béin בין ) l'Intelligence divine.

Gen1/20 - Elohim dit : Que les eaux grouillent d'un grouillement d'êtres vivants et que des oiseaux volent au-dessus de la terre sur le firmament du ciel.

וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים יִשְׁרְצוּ הַמַּיִם שֶׁרֶץ נֶפֶשׁ חַיָּה וְעוֹף יְעוֹפֵף עַל-הָאָרֶץ עַל-פְּנֵי רְקִיעַ הַשָּׁמָיִם.

Elohim n'intervient pas dans le processus évolutif des espèces animales issues de la mutation des algues bleues qui donneront naissances aux poissons. Ce texte marque le passage des reptiles aux oiseaux עוֹף. Le grouillement shérestsou שרצו des êtres vivants concerne les reptiles shérets שרץ qui sont eux-mêmes issus des poissons.

le projet création de l'homme

Gen. 1/21 – Elohim créa les grands monstres marins et tous les êtres vivants qui glissent : les eaux les firent grouiller selon leur espèce, et toute la gent ailée selon son espèce, et Elohim vit que cela était bon

וַיִּבְרָא אֱלֹהִים אֶת-הַתַּנִּינִם הַגְּדֹלִים וְאֵת כָּל-נֶפֶשׁ הַחַיָּה הָרֹמֶשֶׂת אֲשֶׁר שָׁרְצוּ הַמַּיִם לְמִינֵהֶם וְאֵת כָּל-עוֹף כָּנָף לְמִינֵהוּ וַיַּרְא אֱלֹהִים כִּי-טוֹב

Au verset 20 la mer foisonne d'animaux vivants et le ciel se remplit d'oiseaux. Ces êtres apparaissent d'eux même selon les règles de l'évolution, Elohim ne participe qu'indirectement à cette création qui est le fait de Béréshit. Mais le changement intervient au verset 21 Elohim donne un coup de pouce à la nature en élaborant lui-même de nouvelles espèces. Cette création est digne de celle de Béréshit d'où l'utilisation du verbe créer bara ברא sans le point mapiq. Il faut remarquer que le nombre 21 est celui de la lettre shine ש, le symbole de la chair.

Par le mot espèce minéhem מינהם le projet création de l'homme est mis en route. Car Elohim se servira des mammifères marins taninïm תנינם comme base d'évolution et de création de tous les mammifères terrestres et donc de l'homme. A proprement parler, il a utilisé en premier les reptiles tanïn תנינ comme base min מין ou מן, ( une expression tirée de מינהם ) de constitution des mammifères. En effet le mot mammifère taninïm תנינם est tiré de la racine tane תן qui est à la base des racines taninïm תנינם et tanine תנין qui signifient reptiles.

Note - Le mot tane תן signifie chacal et également reptile - Dictionnaire de Benjamin Davidson ( hebrew and chaldee lexicon ) - Nbre.10 תנין et 5 - תנינם Torah )

 Ainsi l’existence virtuelle de cet homme est annoncée par la lettre noun נ de minéhem מינהם, de taninïm תנינם et par le mot mïn מינ - מין qui signifie espèce et également par la lettre ה. Il faut savoir que le se compose de deux signes, le dalet ד (de nombre 4 celui des 4 bases de l'ADN) et le yod qui est le germe. A ce propos les différentes racines qui suivent nime נים ou noum נום = sommeiller ainsi que nine נין = descendant qui sont tirés de taninïm תנינם font allusion à cet homme qui dort ou qui est en germe dans un certain mammifère.  Il semble qu'une partie du patrimoine génétique mïn מין a été tirée d'une manipulation à partir des gènes ה d'Elohim.  La lettre mem ם est également désignée ici comme l'archétype ou la mère de tous les mammifères.

Note - mïn מין ou מן est le rapport d’une portion ou fraction par rapport à l’origine, à la matière dont une chose est faite.

- La lettre mem ם = nombre 24 ou le nombre des 24 paires de chromosomes du chimpanzé. ( 25: nombre de mère am אם et de béhémah בהמה et 52 celui d'Elohim )

la biomasse

Gen. 1/22 – Elohim les bénit et dit : "Soyez féconds, multipliez, emplissez l'eau des mers, et que les oiseaux multiplient sur la terre." 23 - Il y eut un soir et il y eut un matin : cinquième jour.

כב : וַיְבָרֶךְ אֹתָם אֱלֹהִים לֵאמֹר פְּרוּ וּרְבוּ וּמִלְאוּ אֶת-הַמַּיִם בַּיַּמִּים וְהָעוֹף יִרֶב בָּאָרֶץ : וַיְהִי-עֶרֶב וַיְהִי-בֹקֶר יוֹם חֲמִישִׁי.

Ce passage concerne l'habitat ב ( baït בית ) qui est assigné aux animaux marins et aux oiseaux du ciel. L'eau et le ciel sont symbolisés par la lettre noun נ qui est le poisson et l'oiseau, tous deux ayant pour ainsi dire des écailles (appouvé par la science). Le nombre cinq est celui de l'Esprit ה, désigne le cinquième jour et la bénédiction d'Elohim. Le cinquième jour correspond à l'ère tertiaire et la fin du secondaire ainsi que la disparition des dinosaures.

que la terre produise des animaux

Gen. 1/24 – Elohim dit que la terre produise des êtres animés selon leurs espèces : bétail, reptiles, bêtes sauvages de chaque sort ; et cela s’accomplit.

כד : וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים תּוֹצֵא הָאָרֶץ נֶפֶשׁ חַיָּה לְמִינָהּ בְּהֵמָה וָרֶמֶשׂ וְחַיְתוֹ-אֶרֶץ לְמִינָהּ וַיְהִי-כֵן.

La montée hors des eaux des reptiles et des mammifères marins donne naissance à toute sorte de bêtes sauvages. Le verbe sortir totsé תוצא est au futur ou en devenir qui va vers un accomplissement. C'est encore un constat du déroulement normal de l'évolution des choses selon la pensée ה délibérante d'Elohim.

l'aparition des anthropoïdes

Genèse 1-25 Elohim forma les bêtes sauvages selon leurs espèces, de même les animaux qui paissent selon leurs espèces, de même tous ceux qui rampent sur le sol selon leurs espèces ; et Elohim considéra que c’était bien.

וַיַּעַשׂ אֱלֹהִים אֶת-חַיַּת הָאָרֶץ לְמִינָהּ וְאֶת-הַבְּהֵמָה לְמִינָהּ וְאֵת כָּל-רֶמֶשׂ הָאֲדָמָה לְמִינֵהוּ וַיַּרְא אֱלֹהִים כִּי-טוֹב.

Le projet création de l'homme est mis en route par la formation assah עשה des bêtes sauvages rhaït חית dont le signe est donné par la lettre noun נ du mot espèce minah מינה. Cette lettre est l'indicatif de l'homme céleste, de l'homme du Noun. Dans cet être rustique qui vit dans les champs sommeille nïm נים l'homme en puissance de devenir. Cette transformation ne sera effective que dans le verset 26. Cela avait été souligné plus haut par le mot mïn מינ la racine du mot espèce. Par ailleurs le nombre 25 est le reflet du nombre 52 celui d'Elohim ( petite numérotation ). On constate également que le verbe faire assh עש est l'estampille ou la signature de l'Elohim, celui, qui est venu de la constellation de l'Ourse. Ce verset concerne, pour ainsi dire, la classification des animaux et distinguer ceux qui vont donner naissance à l'Adam. ( mïn מין et nïm נים sont tirés de מינה ).

la création des adam

Gen. 1/26 - Elohim dit faisons l’homme à notre image, à notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail ; enfin sur toute la terre, et sur tous les êtres qui se meuvent.

כו וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים נַעֲשֶׂה אָדָם בְּצַלְמֵנוּ כִּדְמוּתֵנוּ וְיִרְדּוּ בִדְגַת הַיָּם וּבְעוֹף הַשָּׁמַיִם וּבַבְּהֵמָה וּבְכָל-הָאָרֶץ וּבְכָל-הָרֶמֶשׂ הָרֹמֵשׂ עַל-הָאָרֶץ.

La lettre noun נ du verbe faire naâssé נעשה introduit la forme réfléchie niph-al ce qui conduit à l'idée de réciprocité. Le niph-al exprime également le passif en vertu du lien très étroit qui existe entre réfléchi et passif, exemple se faire voir, c'est être vu etc... Au verset 25 l'Adam est virtuellement en formation par le verbe faire יעש et aussi par la lettre noun נ, il n'est encore à ce moment là que le surgit du sol classé parmi les animaux sauvages que le Psaume-139/16 souligne :

גָּלְמִי רָאוּ עֵינֶיךָ וְעַל-סִפְרְךָ כֻּלָּם יִכָּתֵבוּ יָמִים יֻצָּרוּ ולא אֶחָד בָּהֶם

( Tes yeux me voyaient, quand j'étais une masse informe ( un golem גלמי = un primitif ), et sur ton livre étaient tous inscrit les jours qui m'étaient destinés, avant qu'aucun d'eux existât).

Remarquez le nombre 16 celui du ayin ע, la ponctuation du noun d'aïnikra עיניך ( ton oeil ) et le alef א du mot aucun vélo ולא qui rejoint celui du premier jour de Gen. 1/2. Ceci indique que l'aménagement de la terre était destiné à l'homme bien avant qu'il apparaisse. Le monde futur est de même annoncé par Esaïe 51/16. " et je te couvre de l'ombre de ma main pour étendre de nouveaux cieux et fonder une nouvelle terre ". On n'échappe pas au nombre 16 et au 52 ici 51 par le retrait d'un nombre ( une espèce de Tsimtsoum ). Ce monde fait parti du programme de peuplement de la Galaxie par Elohim.

Par ailleurs il semble que la femme ait précédé l'homme dans cette création. Cette idée est concrétisée par la forme du verbe faire nasséh נַעֲשֶׂה qui est en quelque sorte l'anagramme de la femme parfaite ( asha ou ysha ) עשה ou אשה ( car le ayin ע et le aleph א sont deux lettres permutables). Cette femme est tirée de l'ischion נשה  du ayin ע. ( curieux cette ressemblance du mot ish " l'homme " et le début du mot isch-ion ). 1 Il faut préciser que le mot nash נש désigne aussi la femme dont la forme aux pluriel est nashim נשים. La désinence ה indique certainement la marque du féminin de ce verbe au futur, car il peut être présenté autrement yassh יעש. Ce qui vient d'être dit fait allusion à Genèse 6/2 et à certains textes anciens qui relatent la création de déesses et la fécondation de celles-ci par les dieux.  1  - ( cellules souches issues du sang médullaire de la crête iliaque - ajout du 5/09/18 ).

Voir ce texte mésopotamien : Bêlet-ili, la déesse appelée la matrice -" C'est elle qui mettra au monde et produira l'homme pour assurer la corvée des dieux..". Cet homme est issu du mélange du sang d'un dieu et de l'argile. Enki, le dieu de la sagesse, fabrique lui-même une femme qu'il féconde. Ces mythes ressemblent par certains aspects à celui du jardin d'Eden où Adam et Ysha faisaient office de gardiens et de jardiniers. La tentation d'Ysha et la mise au monde de Qaïn font parties d'une façon voilée de l'ensemble de ces récits anciens. (1) Le verbe faire naasséh נעשה est à la forme réfléchie et renforcée par le mot ressemblance kidmouténou כִּדְמוּתֵנוּ.

La racine de ce mot démout דמוּת ou dam דם qui signifie sang est précédée par le déterminatif comme כ qui exprime l'idée de rapport de conformité, ce qui veut dire comme consanguin à Elohim et le mot image tsélem צלמ issu de בְּצַלְמֵנוּ implique une notion plus générale et de spiritualité. Au verset 1/27 l'Adam mâle et femelle furent créés en même temps ce qui peut se traduire par l'idée que la femme a précédé l'homme d'une certaine manière. Mais l'apparition d'Adam et d'Eve relève d'une seconde formation que les deux récits de la Création de l'homme mettent en lumière. Remarquez la bipolarité ou l'aspect binaire des récits ésotériques de la création, celui de Béréshit et celui de l'homme.

Gen. 5/1 - Ceci est l'histoire des générations de l'humanité. Au jour créa Elohim l'Adam, il le fit à sa propre ressemblance.

א : זֶה סֵפֶר, תּוֹלְדֹת אָדָם: בְּיוֹם, בְּרֹא אֱלֹהִים אָדָם, בִּדְמוּת אֱלֹהִים, עָשָׂה אֹתוֹ.

 

Le mot ressemblance démout  דמוּת renforce ce que nous avons dit sur cette ressemblance par le sang dam דם.]

[Note : 1 - « Lorsque les dieux faisaient l’homme » - Editions Gallimard ( BM 78257 ) page 535. - La poussière détachée du sol, la masse informe de Ps. 139/16. – Les dieux firent appel à 14 matrices. - Enki et Ninmah lignes 83, 85 p.192.]

 

Cette création est l'oeuvre de l'Homme céleste qui est souligné par le noun נ du verbe faire nahassé נעשה. Le verbe créer (1) bara ברא de Genèse 1/27, généralement compris comme créé à partir du néant signifie dans ce contexte comme quelque chose d'extraordinaire d'où son utilisation sans le point initial ( Daghês ). Le sens que l'on pourrait donner à cette expression ויברא peut être exprimé de la façon suivante : le alef א signifie matière ou univers, בר le fils, le yod י le germe et le vaw ו, Elohim. Tout être vivant est fils du Alef et par conséquent du point initial. Le verbe bara inclut également le sens de la multitude raba רבא, Adam est un nom collectif désignant une multitude d'êtres surgis du sol ou de la poussière afar עפר détachée du sol. Le mem מ du mot ciel shamaïm שמים symbolise la mère de cette humanité qui est établie שים et qui est issue des fils du ciel qui sont comparés à des oiseaux of עוף. Notre humanité est donc issue du ventre מ d'une mère porteuse céleste, une Eloah rejoignant par la même occasion les textes sumériens sur la mise au monde des premiers hommes. Le Fils de YHWH, Yéshou descend dans le ventre d'une mère terrienne alors que l'Adam, lui, est issu du ventre d'une céleste. (1) - Le verbe créer bara ברא a plusieurs sens : faire, former, façonner, produire, être créé...etc...

l'adam mâle et femelle

Genèse 1-27- Elohim créa l’homme à son image ; c’est à l’image d’Elohim qu’il le créa . Mâle et femelle furent créés à la fois.

:וַיִּבְרָא אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם בְּצַלְמוֹ בְּצֶלֶם אֱלֹהִים בָּרָא אֹתוֹ זָכָר וּנְקֵבָה בָּרָא אֹתָם.

Le fait que Elohim créa l’Adam mâle zakar זכר et femelle neqvah ונקבה à son image ( répété deux fois ) signifie que les Elohim se composent également d’éléments mâles et femelles, compte tenue de la réciprocité de la ressemblance. Si ce n’est pas le cas cette introduction n’aurait aucun sens. Le nom d’Adam est un nom générique qui inclut les deux membres, féminin et masculin, bien également du point de vue de la psyché l’homme ou la femme possède ces deux représentations, le côté masculin et féminin. Dans ce passage la ressemblance ou la consanguinité entre Elohim et l’Adam est passée sous silence. Le verbe créer bara ברא a été utilisé dans la fabrication de l'Adam pour signifier l'importance de cette action qui est digne du Grand Architecte de l'Univers. Mais c'est la lettre veth ב qui a été utilisée sans le point initial de l'Aïn soph.

 

la tradition yavique

l’aménagement de la terre pour Abraham

Gen. 2/4 - Telles sont les origines du ciel et de la terre, lorsqu’ils furent créés; à l’époque où l’Eternel Elohim fit une terre et un ciel. 

אֵלֶּה תוֹלְדוֹת הַשָּׁמַיִם וְהָאָרֶץ בְּהִבָּרְאָם בְּיוֹם עֲשׂוֹת יְהוָה אֱלֹהִים אֶרֶץ וְשָׁמָיִם  .

L'apparition du Tétragramme marque une nouvelle étape dans le livre de la création. Le Tétragramme est un symbole incluant le tout : YHWH ou le principe, l'univers et l'homme, selon la révélation que l'Ange a faite à Moïse au buisson ardent. Le Tétragramme apparaîtra par la suite comme le substitut de la Kavod d'Elohim et en devenant le symbole d'Elohim lui-même, comme puissance céleste. On peut sous entendre que ce sont les Eloah (ou Elohim) de la Kavod YHWH. 

Le terme suivant : יהוה אלהים peut se comprendre par « l'Elohim de la Kavod YHWH », car aucun maqeph ou trait d'union ne relie les deux mots. C'est la Kavod YHWH, c'est à dire le tabernacle ou le véhicule d'Elohim qui accomplit cette tâche. L'interprétation ésotérique de ce passage se résume ainsi : Voici les générations du ciel et de la terre au jour ou YHWH Elohim fit une terre et un ciel.

Note : Le Tetragramme YHWH en tant que Principe est le D.ieu des Elohim voir ce passage de Deut. 10/17 - Car YHWH, votre Eloah, lui est l'Eloah des Elohim et le Seigneur des Seigneurs....

כי יהוה אלהיכם הוא אלהיה אלהים ואדני האדנים

Elohim parcourt l'univers avec son Arche d'alliance (Kavod Elohim) pour le peupler et pour proclamer également son D.ieu, YHWH. Il a aménagé la terre pendant des millénaires afin qu'il puisse implanter sa souche. C'est ainsi que le mot béhibaram בהבראם lorsqu'ils furent créés " est écrit avec un petit ה, attirant l'attention sur cette singularité scripturaire de la lettre . On exprime ici ce que les Qabalistes ont toujours dit, à savoir que la terre a été aménagée pour Abraham, une affirmation confirmée par le jeu des lettres du mot " lorsqu'ils furent créés בהבראם et qui devient pour Abraham באברהם. Mais à proprement parler, c'est pour le germe י ( le yod ) d'Elohim du mot jour ou époque béyom ביום que la terre a été aménagée. Comme il a été dit plus haut Elohim est un géniteur de l'espace. Ce petit ה singulier, placé en hauteur signifie que le germe est en attente, comme suspendu encore à la branche de l'arbre.

Lorsque Elohim termina son jardin et qu'il planta son premier arbre, Adam, il sélectionna en premier la branche de la lignée prédestinée. Les filiations de Qaïn, Japhet, Cham, Yoktan ont été émondées ainsi que toutes les souches en dehors des principaux patriarches pour permettre la montée de la sève et que l'arbre etz puisse fleurir, la lettre ה, sur Sarah et Abraham. Après le flétrissement de la fleur la graine apparaît, le fils de la promesse Ytshaq יצחק, le germe, dont le nombre 55 correspond au dédoublement du Yod י ou ( 10 + 1 )10 / 2= 5.5. Les deux qui ont été ajouté au nom de Sarah et d'Abraham. Le yod est le germe, ou les gènes ה, d'Elohim réintroduit dans la génération d'Adam par Isaac, le père de Jacob-Israël.

Le véritable père d'Israël est Elohim, celui qui va établir שות le fondement שת de son germe ו sur la terre. Dans ce verset de Genèse 2/4 apparaît pour la première fois le premier germe ו de fondement שות par le nom de Shet שת du verbe créer ashot עשות à l'infinitif. Ce verbe à l'infinitif récapitule celui du verset de Genèse 2/3 en direction de ( par le signe du datif le lamed ל = pour ) Shet. Ce septième jour est pour ainsi dire pour Shet qu'il déclare saint qodesh קדש. Par ailleurs la présence du ayin ע est ici plus présente par le verbe faire עשות. Du reste les correspondances lettre-nombre de ce passage 2/4 ou beit /dalet - ב/ד permettent d'aller plus loin dans les idées mères. Le mot bad בד signifie une portion ou un écran alors que le mot dube דב est un ours ou l'Ourse. Ce dernier mot est par certains aspect en affinité avec le mot assh עש qui est le fondement d'Elohim que l'on retrouvera bien souvent. Or une étoile de la constellation de l'Ourse עש porte le nom de Dube.

l'adam en puissance d'être

Gen-2/5 - Or aucun produit des champs ne paraissait encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne poussait encore ; car l’Eternel Elohim n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, et d’homme ; il n’y en avait point pour cultiver la terre.

וְכֹל שִׂיחַ הַשָּׂדֶה טֶרֶם יִהְיֶה בָאָרֶץ וְכָל-עֵשֶׂב הַשָּׂדֶה טֶרֶם יִצְמָח כִּי לֹא הִמְטִיר יְהוָה אֱלֹהִים עַל-הָאָרֶץ וְאָדָם אַיִן לַעֲבֹד אֶת-הָאֲדָמָה.

Bien que le prototype d'Adam soit signalé par le dalet ד du mot champs שדה, il ne peut s'agir ici que d'un animal, d'où le choix de ce mot. Or on sait que les végétaux sont apparus le troisième jour aussitôt après le partage des eaux et de la terre. Faut-il donc mettre l'apparition des anthropoïdes ou des primates le quatrième jour, conformément au nombre de la lettre dalet ד ? Les idées qui avaient été proposées à Genèse 1/7 et 9 sur la façon comment l'atmosphère avait été purifiée le quatrième jour se confirme maintenant par le texte suivant : Car l'Eternel D.ieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre, ce qui signifie que la terre était encore enveloppée de nuées jusqu'au début du troisième jour et que l'atmosphère tel que l'on connaît actuellement allait se mettre en place le quatrième jour. Il est compréhensible que les plantes ne puissent survivre sans lumière et qu'elles apparaîtraient le troisième jour suite à l'éclairement de plus en plus fort durant cette période.

l'apparition des adam

Gen-2/6-7 - Mais une exhalaison s’élevait de terre, et humectait toute la surface du sol. L’Eternel Elohim façonna l’homme, poussière détachée du sol, fit pénétrer dans ses narines un souffle de vie, et l’homme devint un être vivant.

ואֵד יַעֲלֶה מִן-הָאָרֶץ וְהִשְׁקָה אֶת-כָּל-פְּנֵי הָאֲדָמָה : 7 וַיִּיצֶר יְהוָה אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם עָפָר מִן-הָאֲדָמָה וַיִּפַּח בְּאַפָּיו נִשְׁמַת חַיִּים וַיְהִי הָאָדָם לְנֶפֶשׁ חַיָּה

Avec le nom d'Adam אדם se trouve résumé tout ce qui se rapporte à l'homme primordial terrestre. Car le nom d'Adam est formé de la racine dam דם, le sang, qui signifie également ressemblance. On peut imaginer d'autres expressions comme mère et nation am אם, ainsi que les mots habit מד et vapeur אד. Mais Adam est composé également de la matière universelle, le alef א, symbolisant l'univers. L'apparition de l'homme est donnée symboliquement par le mot vapeur, dont l'Eternel est à l'origine עד, mot, obtenu par le jeu des lettres entre le alef et le ayin. Cette apparition est due à la puissance du ayin de l'expression : mais une vapeur s'élevait véed yaléh ואד יעלה. En effet, une partie du nom caché du créateur ylah עלה commence à apparaître, mais pas encore dans sa forme définitive. (voir Ylaïa - עליא, Dan. 3/26-32, 5/18-21)

Si l'homme est issu de la poussière afar עפר détachée du sol comme une vapeur, cela suppose aussi une multitude d'êtres qui se sont mis un jour à adopter la station verticale. ( voir ce texte de 1-Roi 16/2 sur la poussière : - "Alors que je t'avais tiré de la poussière pour te faire prince de mon peuple d'Israël, tu as marché dans la voie de Jéroboam et tu as fait pécher les enfants d'Israël, provoquant ma colère par leurs péchés." Pour le moment ces êtres ne sont encore que des animaux destinés à recevoir la lettre génétique d'Elohim pour devenir le premier Adam, nom générique des premiers hommes. Le verbe façonner yatsar יצר se rapporte exclusivement au créateur et se compose de trois lettres : yod, tsadé, et resh. Le yod י est le germe, tandis que le tsadé צ est le Saint, la tête resh ר de l'humanité naissante. Par ailleurs la lettre tsadé צ est du point de vue symbolique un lanceur ou lettre messager tsir ציר ou une image tsor צור que l'on peut compléter par le mot tirer yaréh ירה. De cette poussière détachée du sol Elohim inocule un germe qui est issu de lui-même. C'est la raison pour laquelle le verbe façonner yatsar ייצר est pourvu de deux yod י. Ce doublement du Yod rappelle également le cas d'Isaac contenu en germe dans les cieux.

Les deux yod du verbe façonner sont généralement compris par la Qabale comme les deux tendances de l'esprit insufflé à Adam, ce qui fait que l'homme est confronté devant un choix à faire entre le bien et le mal ou entre la guerre et la paix. Cet examen de texte démontre que la notion du bien et du mal est inhérente et antérieure à la création et qu'elle se pose en principe antinomique universel qui est dans la nature même de l'Etre. Il nous semble que l'Adam créé dans ce chapitre de Genèse 2/7 a été élaboré beaucoup plus tôt que celui du chapitre 1/26 créé le sixième jour.

En effet à la disparition de la brume qui enveloppait toute la terre à la suite de l'apparition du soleil le quatrième jour, correspond le pointage de la lettre dalet ד du nom d'Adam, spécifiant par la même occasion son apparition à la fin de cette période, ce que détermine la particule את. Ce premier Adam est issu des surgis du sol " poussière détachée du sol ", qu'Elohim remodèle à son image le sixième jour. En outre, la particule את résume le commencement et la fin, '' l'Alpha et l'Oméga '' de St Jean. Elle marque l'accusatif, la destination du deuxième yod de ייצר est pour la poussière détachée du sol (un rajout d'ADN). Note La particule- את donne par le jeu des lettres תא est la cellule organique.

le jardin

Gen 2/8 -  YHWH Elohim planta un jardin en Éden, à l'orient, et il y mit l'homme qu'il avait modelé.

ח: וַיִּטַּע יְהוָה אֱלֹהִים גַּן-בְּעֵדֶן-מִקֶּדֶם וַיָּשֶׂם שָׁם אֶת-הָאָדָם אֲשֶׁר יָצָר

numérotation beit heit = ח/ב = maison de la vie = בית חית ou fondement de la vie.

Il est un fait assez étrange le verbe planter ytah יטע que l'on va examiner semble insolite quant à son utilisation. Il est vrai que ce verbe signifie également établir un peuple ou fonder un peuple. On peut retenir de ces trois lettres symboles l'idée suivante le germe י du Serpent ט qui est le ayin ע, celui qui a la vision divine. Par ailleurs le ayin est dans ce contexte la source du Serpent. Or il se passe que le nombre 2 et 8 de ce verset correspondent aux lettres beth ב et rhèt ח. On obtient par la transcription littérale de ces deux lettres בית et חית après analyse de ces deux mots, le sens : le fondement ת de la vie חי pour le second et maison בית pour le premier. A partir de ces différentes explications on arrive à cette conclusion Beit rhèt est la maison de la vie. Cette dernière remarque se trouve par un hasard, que nous ne dirons pas extraordinaire, en conjonction avec la maison de la vie de la religion égyptienne.

Cette maison est représentée par un jeu d’écriture = 4 C disposés face à face en forme de croix.

Les quatre hiéroglyphes en formes de C sont les quatre maisons représentées par Isis, Nephtys, Geb et Nout. Ces quatre entités représentent les pans de mur du temple. Geb et Nout sont la terre et le ciel, c’est dire le plafond et le sol, tandis qu’Isis et Nephtys sont l’Est et l’Ouest, les deux autres côtés sont Horus et Toth. A l’intérieur de la maison se trouve une cour sablée entourée d’un mur percé de quatre portes. Au centre de ce bâtiment s’élevait un tabernacle. La maison de la vie doit être secrète, mystérieuse et invisible.

Seul le disque solaire voit en son mystère. Il y a une autre idée connexe que l’on peut tirer de la lettre ב ou du mot maison בית, c’est le mot fille bat בת qui est issue de la lumière, le yod. Ainsi le sens le plus général qui est intéressant la maison de la vie des Egyptiens rappelle l’Eden et la maison où se trouve la rosée de lumière tel aurot טל אורת - Is.26/19. Est-ce que cette maison de la vie n'est pas à rapprocher de l'Arbre de la Vie ets hahaïm עץ היים ? Dans la suite de la Torah ceux qui auront droit à une vie perpétuelle après le Retour d'Elohim bénéficieront de la Rosée de lumière.

Les mots gan-bééden גן-בעדן délivrent d’autres informations sur l’approche que l’on peut avoir de ce passage. En premier lieu dans ces mots on trouve l’expression suivante ben gamal בן גמל ou fils du sevrage. C’est à dire qu’Adam est sevré du séjour agréable en Eden. Tandis que dans le jardin il se trouve à la porte ד, le dalet דלת, comme on pourrait comprendre de l’expression suivante : un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait pour former quatre bras.

l'adam serviteur

Gen-2/15 – Et prit YHWH Elohim l'Adam et l'établit dans le jardin d'Éden pour le cultiver et le garder. 16 - Et décréta YHWH Elohim à l'Adam un ordre en disant : « De tous les arbres du jardin manger tu mangeras ».

טו : וַיִּקַּח יְהוָה אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם וַיַּנִּחֵהוּ בְגַן-עֵדֶן לְעָבְדָהּ וּלְשָׁמְרָהּ : טז : וַיְצַו יְהוָה אֱלֹהִים עַל-הָאָדָם לֵאמֹר מִכֹּל עֵץ-הַגָּן אָכֹל תֹּאכֵל

Elohim déposa Adam dans le jardin d'Eden pour le cultiver et l'entretenir. Voici Adam promu au rang de premier agriculteur, il est notoirement connu que l'homme avant d'être agriculteur et sédentaire pratiquait une vie de nomade et de cueillette et ceci durant tout le mésolithique. Au néolithique âge récent de la pierre s'est opéré le passage de l'économie de déprédation ( brûlis et destruction de la vie animale sans remplacement ) à l'économie de production, où les hommes entreprennent d'adapter le milieu à leurs besoins. Cette période remonte à 8000 ans, c'est juste avant ce cycle que l'Adam a été fait. Donc Adam est une création à part de tous les autres homosapiens ce qui rejoint l'affirmation judaïque de sa création il y a plus de 6000 ans?

Ainsi on peut situer un petit peu le problème et placer cette période avant la fin du mésolithique. C'est Elohim lui-même qui a enseigné l'agriculture à Adam " Son Elohim lui a enseigné la marche à suivre, il lui a donné ses instructions Is 28/26 " et par son intermédiaire à tous les autres hommes en dehors d'Eden. Le mythe sumérien souligne que An, le dieu du ciel, fit descendre du ciel les céréales, orge et lin. Adam occupe une double fonction, celle d'agriculteur ou plutôt de serviteur oved עבד et de gardien shomer שמר du jardin d'Eden. Adam est pour ainsi dire serviteur des Elohim, le mot oved signifie également esclave. La qualité de gardien du jardin suppose des prédateurs contre lesquels Adam doit faire face. Est-ce qu'il s'agit ici de congénères homo sapiens ou d'animaux sauvages? On peut se poser la question ?

Mais le texte de Genèse 3/24 indique que Elohim n'a pas besoin d'Adam pour garder son jardin. Car depuis le ciel des kéroubim כרבים à l'épée lanceur de feu parcourent le périmètre de surveillance de l'Eden. Les nombres de ce verset 2/17 ou 2/8 par réduction correspondent aux lettres beit ב פ et rhèt ח qui donnent comme lecture ésotérique : la maison du souffle fé פ ou de la lumière rhèt ח incréée. Cette idée est donnée également par la rosée de lumière, tel aurot טל אורת d'Isaïe 26/19. L'ordre d'Elohim vaytsav ויצו de manger de tous les arbres du jardin indique que les premiers humains avaient uniquement un régime végétarien.

Note :1- Les Kéroubim כרבים du jardin sont des vaisseaux automatiques de surveillance sans Elohim à bord contrairement à celui de Ps.18/11 - Il était monté sur un kéroub כרוב et il volait, il planait sur les ailes du vent. Le vaw ו indique la présence d'un Elohim à bord. Voir d'autres textes en Exode.

l'arbre de la science du bien et du mal

Gen. 2/17 - Mais de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n'en mangeras pas, car le jour où tu mangeras de lui, de mort tu mourras.

יז : וּמֵעֵץ הַדַּעַת טוֹב וָרָע לֹא תֹאכַל מִמֶּנּוּ כִּי בְּיוֹם אֲכָלְךָ מִמֶּנּוּ מוֹת תָּמוּת.

Nous constatons dans ce passage que le pointage de la lettre ayin ע démontre que l'entité représenté par l'arbre עֵץ est le maître du jardin lui-même, le tsadiq ץ. Ainsi quelques millénaires plus tard Moïse est pris par le ayin ע, l'ange qui porte actuellement le titre d'El Elyon אל עליון - Gen.14/18-20-22 Ps.78/35. Cette entité est classée dans la catégorie d'anges appelés ahlionim עליונים ou עליונין ou Archanges Dan.7/18-22-25-27. Le mot arbre èts עץ est précédé de la conjonction " ו " et de la particule מ exprimant le rapport à l'origine : la science vient de l'arbre עץ et plus particulièrement du ayin ע, le démiurge lui-même, l'arbre עץ de la connaissance daat דעת, et le dépositaire de la Loi dat דת d'Elohim, le vaw ו de conjonction. Dans le mot méèts מעץ existe un lien de parenté am עם entre le ayin ע et l'Adam, ainsi que dans le mot èdah עדה ( communauté ) qui a été tiré du mot connaissance daat דעת. Daat דעת dans l'arbre des séphiroth se trouve au niveau du cou, est la porte d'entrée des sphères célestes. - Gen. 14/22 - ( אל עליון ).

La particule kaf כ exprime aussi, par ailleurs, la conformité de nature ou la ressemblance entre le Serpent, l'Adam et Elohim. La racine mïn מן tirée de miménou ממנו marque le rapport d'une portion ou fraction à la totalité. On peut retenir de ce passage l'expression suivante : et de l'arbre de la connaissance du bien et du mal tu ne mangeras pas de nous ( ou comme nous ), car le jour où tu mangeras de nous ( ou comme nous ), mort tu mourras. Le pronom suffixe נּוּ est habituellement transcrit par " nous " à la première personne du pluriel et parfois à la troisième personne du singulier dans certains textes de Psaumes et Job. Dans ce texte ממּנּוּ il est traduit par " de lui ".

Ainsi l'Ange symbolisé par la lettre ayin ע est l'arbre de la science, le père d'Adam, le maître de laboratoire et celui qui engendre des mondes. Dans les pages précédentes cet ange était apparu comme le Dragon ou le grand Serpent, une image métaphorique de celui qui a vaincu et maîtrisé le grand dragon tanïn תנין qui loge au plus profond ou dans la partie la plus archaïque de notre être. Cette représentation fait penser à Michael maîtrisant le dragon de sa lance ou de son épée flamboyante.

Note : le dragon est la force primordiale à l'origine de la création, l'énergie primitive issue du Yod ou la force uranienne dans d'autres traditions.

L'expression suivante mott tamout מות תמות ( mort tu mourras ou tu mourras de mourir ) peut être exposée autrement comme ce qui suit מות-ת-מות mott-taw-mavet qui signifie la mort de l'état de mort Is. 25/8 : il anéantit la mort pour toujours, et par Apo. 20/14. Par ailleurs de cette expression sont tirés les mots matat מתת qui est un don, et aussi tatèm תתם dont la racine est tamame תמם qui signifie la plénitude et la fin d'un état. Le don est donc à notre avis celui de l'ouverture du troisième oeil pour accéder à l'Eternité et obtenir le second souffle phé פ qui sera donné par la rosée de lumière. Dans ce passage de Genèse 2/17 se trouve également caché un aspect positif et négatif du même message. La promesse que la mort sera vaincue dans un jour lointain est suggérée et que l'homme accédera à une vie perpétuelle.

la côte d'Adam

Gen 2/21 - Alors YHWH Elohim fit tomber une torpeur sur l'homme, qui s'endormit. Il prit une de ses côtes et referma la chair à sa place.

וַיַּפֵּל יְהוָה אֱלֹהִים תַּרְדֵּמָה עַל-הָאָדָם וַיִּישָׁן וַיִּקַּח אַחַת מִצַּלְעֹתָיו וַיִּסְגֹּר בָּשָׂר תַּחְתֶּנָּה.

A première vue on constate que la numérotation de Genèse 2/21 donne ( beth/shin ש/ב ou la maison de la chair ), que le qoph ק du verbe prendre yqah יקח est pointé et que le verbe endormir yshan ישן comporte un yod de trop. Selon la symbolique des lettres, la lettre qof (1) - ק est la colonne vertébrale et le yod est le germe. Par ailleurs dans le verbe faire tomber yafel יפל, on trouve également la racine séparer, couper pélah פלה, idem pour le mot דמה, tiré de tardémah תרדמה (sommeil). Le verbe prendre ou le mot léqah לקח a aussi une autre signification, la science. Remarquez que dans le verbe endormir vayshan ויישן avec deux yod on trouve le mot vin yaïn יין ainsi que mot ion יון qui donne le sens d'ionisation. Et pour le mot côte tséla צלע se profile l’ombre tsel צל du grand ayin ע. Avec cette première ébauche on peut déjà tirer une conclusion.

Dans la maison de beth-shin, c’est à dire de la chair Elohim a prélevé un tissu de la moëlle osseuse d'Adam. Cette action est désignée par les mots pélah פלה, léqah לקח, démah דמה. La moëlle est signifiée par le qof ק de ויקח. Le tissu se compose d’un germe qu'indique le yod en trop du verbe endormir. Ce germe est en fait une cellule ta תא, tiré de ahat אחת. Le procédé d’endormissement d’Adam est désigné par le mot vin yaïn יין dont l’autre racine yon יון signifie dans le langage actuel l’ion ou le procédé d’ionisation médicale qui permet l’administration à travers la peau de médicaments ionisés à l’aide de courant galvanique. Ce travail est dirigé par le Grand ayin ע dont l’ombre צל couvre Adam.

Si on reprend cette étude d’une manière encore plus spirituelle à partir du verset de Genèse 2/17, on tombe sur l’étude faite par Annick de Souzenelle sur l’arbre de vie, en fait l’arbre des Séphiroth. Le mieux est d'obtenir son livre pour ceux qui ne l’ont pas encore. Toutefois il n'est pas interdit de chercher par soi-même. Dans le jardin intérieur il se trouve qu’il y a deux arbres, l’arbre de la connaissance du bien et du mal et l’arbre de vie. Il avait été dit que ces deux arbres n’étaient en fait qu’un seul et même arbre. C'est à dire l'homme. Mais il se pourrait, également, que ces deux arbres soient différents et qu’ils correspondent à deux systèmes distinctes de circulation d’énergie.

Quels sont donc ces systèmes ? Est-ce que l’un correspond au corps éthérique ou astral ou corps spirituel et psychologique et l'autre aux systèmes sensitif, sympathique et para-sympathique. On peut penser que le premier système est en rapport avec l’énergie du Yin et du yang et pour le second sur l’évolution spirituelle par le contrôle de la pensée et ainsi agir sur le comportement. On s'est rendu compte que l’arbre est l’homme lui-même. Et que cet arbre עץ se compose de l’œil ע et du lanceur d’harpon le tsadé ץ ou du saint homme le tsadiq, le juste. La notion de justice fait appel à la balance et si non au niveau et à l’équerre. Le niveau correspond à l’action en douceur et l’équerre à la rigueur. La balance est le juste équilibre entre les deux côtés de l’arbre des Séphiroth ou les deux du Tétragramme.

Avec le mot èts עץ on constate que l’œil est le premier sollicité, c’est à dire l’œil intérieur pour jauger le juste. Comment cela doit-il se faire ? Par la connaissance דעת de la loi דת sur la lumière aor אור = עור ( correspondance entre le Alef et le Ayin ) et la non lumière עור par le dépouillement our עור de la peau d’animal que l'on porte. Or dans le mot or עור qui veut dire également s'éveiller ou observer se trouve la racine èr ער qui veut dire être éveillé. L’action s’opère par le ayin ע du mot mal véra ורע, c’est à dire l’œil intérieur qui doit percer la peau עור d’animal pour que rien ne soit caché. C’est ainsi qu'apparaîtront notre nudité spirituelle ou pureté et notre culpabilité en cas de transgressions.

Pour progresser dans cette voie il faut une aide. L’aide d'Adam vient d’ézer kenegdo עזר כנגדו, c’est à dire sa moitié cachée, la partie féminine ou masculine de tout être Gen. 2/20. Dans les textes ci-dessus il faut plonger à la source ע des eaux intérieures et aller harponner ( la lettre ץ ) du mot èts עץ et du mot matsa מצא dans son antre tatênah תחתנה le dragon tane תן ou le reptile des profondeurs de la chair bashar בשר (la personne). La première chose à faire est de maîtriser la peur rhat חת de la profondeur des ténèbres צל du lieu ou se tapit la bête תן, le diable (2) que Jésus à rencontré dans sa tentation et tant d’autres initiés. Car tout adepte à la recherche de la perfection doit le rencontrer. Il est le gardien (3) sougar סוגר du trésor des profondeurs, l’or fin ségor סגור. La libération se fait par la rencontre hatan חתן avec la partie ténébreuse de notre Etre par la connaissance et la paix avec notre Etre profond. La récompense tanah תנה est d’obtenir la vie perpétuelle téhiah תחיה.

( Note : nous portons en nous nos propres démons – personnalisés par la haine, la perversité etc..En ce qui concerne l'aide ça peut être le vieux sage ou le rabbi ou d'autres entités bienveillants qui apparaissent en songe et qui nous montrent la voie. Par ailleurs il vaut mieux chevaucher le dragon pour sa maîtrise que de le tuer. )

Note 1- La lettre Qoph ק qui est pointée signifie d’une part le singe קוף, ceci nous fait revenir à quelques notions qui avaient été soulevées pour ce qui est des 24 paires de chromosomes concernant le projet création de l’homme de Genèse 1/21. D’autre part la lettre ק est également le symbole des gamètes ainsi que montre la lettre primitive Q qui la fait ressembler à un têtard. Remarquez dans la symbolique des lettres du mot יקח existe une notion d’énergie lumineuse par la lettre rhèt ח qui est la base חק de la loi חקה de la vie חי gravée חקק dans la portion prélevée. On peut donc penser que le prélèvement a été tiré d’une cellule de la moëlle osseuse et non pas d’une gamète. 2 - L'énergie première dans la matière ( la plus sauvage ). 3- La prison סוגר .

la côte hatsélah

Gen. 2/22 - Et façonna YHWH Elohim de la côte qu'il avait pris de l'Adam une femme et l'amena à l'Adam.

וַיִּבֶן יְהוָה אֱלֹהִים אֶת-הַצֵּלָע אֲשֶׁר-לָקַח מִן-הָאָדָם לְאִשָּׁה וַיְבִאֶהָ אֶל-הָאָדָם.

Le verbe former vaïven ויבן fait apparaître la sagesse d'Elohim par la racine du verbe former banah בנה incluant également une autre racine bïn בין dont le principe découle de l'intelligence suprême, la séphirath binah בינה. Dans ce verset ce qui est important, c’est le changement de l'appellation de l'Adam à cause de l'apparition de la femme. Celle-ci reçoit en premier le nom de feu yshah ou ashah אשה, ce qui signifie par le alef א que l'homme est devenu un être universel et que désormais il entre dans la grande famille des Béné Elohim. Qu'est ce qui permet d'affirmer cela? C'est l'appellation de pierre de feu abéni-esh אבני איש ou les Fils du feu béni-esh בני איש, que l'on a donnée aux Anges Ez.28/14. Ainsi l'homme Adam lorsqu'il a été pourvu de la lettre yod est devenu un homme de feu איש (un être spirituel) possédant une portion céleste des Anges. Il faut se rappeler de l'alliance de feu bérit-esh ברית אש.

Entre le verbe former assah עשה de Gen.1/26 et le verbe former banah בנה de Gen. 2/22, la différence tient dans la Sagesse que l'écrivain biblique a voulu faire apparaître dans ce dernier passage. En Genèse 2/22, la femme אשה plus parfaite que l'homme est nominalement appelée du nouveau nom avant Adam. Dans ce verset, également, on remarque le pointage de la lettre lamed ל de l'expression '' avec la côte את־הצלע ''. Or, le mot lamed est l'instruction ou la science, la lettreל symbolise également la détente, l'expulsion ou la hauteur. Le sens qui convient à cette naissance d'yshah אשה est l'émergence. La femme parfaite en tout point de vue et ayant reçue deux fois le germe, (1) émerge des eaux matricielles sous la surveillance du Ayin ע de l'expression את־הצלע, car le sens ésotérique signifie être dans l'ombre du ayin. Et comme le mot ayin signifie oeil, l'idée de surveillance apparaît.

Si on considère que la femme Yshah est sortie d'un ventre מעה, une expression tirée de mes os = מעצמי il ne peut s'agir que du ventre du Ayin - Gen.2/23. On suppose que la femme אשה n'est pas née d'une femelle pré-adamite, mais d'un être d'une évolution supérieure que signale le lamed pointé de את־הצלע, donc d'une céleste. Mais en allant plus avant dans cette analyse de l'expression '' os de mes os מעצמי '' on voit du premier coup d'oeil, l'arbre עצ qui se tient au milieu des eaux matricielles qui sont explicitées par le préfixe מ et par la terminaison מי. Car le mem מ désigne les eaux inférieures et mi מי les eaux supérieures, ce qui donne : le germe d'en bas et le germe d'en haut, montrant ainsi le degré de métissage. En revanche dans le mot ètsem עצם on peut lire le mot peuple et nation Am עם. La synthèse fait apparaître le Ayin ע, l'arbre de la connaissance, comme le père de toute de l’humanité.

1 - Note - Le premier germe י est celui qu'elle a hérité d'Adam du verbe façonner vaYtser וייצר de Genèse 2/7 et le second du verbe endormir vaYchane ויישן. Elle a pour ainsi dire reçu deux Yod ce qui démontrent sa perfection par rapport à Adam. C'est ainsi que l'on peut comprendre la filiation par la mère chez les Hébreux.

l'os de mes os

Gen. 2/23 – Et s'écria l'Adam : " Pour le coup, c'est l'os de mes os et la chair de ma chair! Celle-ci sera appelée " femme ", car de l'homme elle fut tiré ".

וַיֹּאמֶר הָאָדָם זֹאת הַפַּעַם עֶצֶם מֵעֲצָמַי וּבָשָׂר מִבְּשָׂרִי לְזֹאת יִקָּרֵא אִשָּׁה כִּי מֵאִישׁ לֻקְחָה-זֹּאת.

L'exclamation hapam הפעם d'Adam à la naissance de la première femme est celle de toute les générations humaines depuis le commencement jusqu'à la fin des temps : celle-ci est la chair de ma chair. Par le mot coup פעם s'exprime le cri de l'enfant arrivant dans le monde et aussi le cri de joie et de douleur que l'humanité עם pousse face à toutes les naissances et morts que manifeste ici le פ de הפעם. El Elyon, le ayin ע exulte de joie par la réussite de ce coup d'essai, la naissance d'Yshah אשה, l'agnelle שה issue de l'homme. Elle reçoit en premier le nom de feu Yshah אשה. Celle-ci est parfaite, indication, donnée par le hé ה final du mot לקחה qui signifie prendre. Ce indique également le féminin singulier. La femme est parfaite grâce à la science léqah לקח du Serpent ז ( symbole de la sagesse ) du mot זאת, car le zaïn ז et le ayin ע est la même entité. Les textes semblent dire : la science prodigieuse de celui-là même = לקחה-הזאת, c’est à dire le serpent. L'union de la femme ysha אשה et de l'homme ysh איש recompose le nom de YH יה .

Note - Le mot femme :אשה Ashah ou Yshah

la pureté originelle

Gen. 2/24 - C'est pourquoi l'homme quitte son père et sa mère et s'attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. 25 - Or tous deux étaient nus, l'homme et sa femme, et ils n'avaient pas honte l'un devant l'autre.

עַל-כֵּן יַעֲזָב-אִישׁ אֶת-אָבִיו וְאֶת-אִמּוֹ וְדָבַק בְּאִשְׁתּוֹ וְהָיוּ לְבָשָׂר אֶחָד וַיִּהְיוּ שְׁנֵיהֶם ערומים הָאָדָם וְאִשְׁתּוֹ וְלֹא יִתְבֹּשָׁשׁוּ

Or l'homme et la femme étaient nus aroumim ערומים et n'en éprouvaient point de honte. ils étaient dans un état de virginité spirituelle égale à celle du Soi suprême, le yod י du mot aroumim ערומים. Cet état de nudité comprend également le fait que l'homme et la femme étaient des êtres éveillés èr ער, mais non conscients de leur condition et vivants dans l'intimité du créateur, le Ayin ע ou le supérieur רום, l'ami méra מרע de l'anagramme du mot nu aram ערם. La présence du vaw ו dans le mot nus, aroumim ערומים, indique l'état angélique du premier couple humain.

le serpent nahash

Gen. 3/1 - Le serpent était le plus sage de tous les animaux des champs que l'Eternel Elohim avait faits. Il dit à la femme : alors Elohim a dit " vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ".

וְהַנָּחָשׁ הָיָה עָרוּם מִכֹּל חַיַּת הַשָּׂדֶה אֲשֶׁר עָשָׂה יְהוָה אֱלֹהִים וַיֹּאמֶר אֶל-הָאִשָּׁה אַף כִּי-אָמַר אֱלֹהִים לֹא תֹאכְלוּ מִכֹּל עֵץ הַגָּן.

Le Serpent naash נחשׁ était le plus rusé aroum ערוּם. Cette expression péjorative attachée au Serpent n'est peut être pas très pertinente. Du point de vue symbolique le Serpent נּחשׁ représente symboliquement la sagesse, la connaissance et la jeunesse divine. Mais plus encore il est le signe de l'incréé primordial, le Noun ou Serpent cosmique Atoum. Dans les temps anciens, les monarques et héros civilisateurs portaient le titre de Roi Serpent, il en fut de même des guides et des chefs de confrérie initiatique. Le Christianisme s'est chargé de ternir cette image du Serpent en le réduisant uniquement à l'image du diable tentateur. Le Serpent est ainsi devenu l'origine des maux de l'humanité, d'où l'éventuelle responsabilité liée au Serpent dans la chute de la femme et de l'homme.

( Il fallait créer le péché originel pour justifier d'un sauveur de l'humanité du péché - le Messie du judaïsme sauve Israël non pas du péché mais de la destruction totale du fait de ses ennemis - le Messie Jésus est venu pour nous montrer la voie de la perfection et du salut ).

Dans la mythologie indienne le serpent correspond au dieu Shiva, celui qui détruit les obstacles avec son troisième oeil et qui empêche la création de de se figer. Par ailleurs il manifeste sa puissance par le biais de sa Shakti, sa divine féminité, son aide provenant de lui-même, son épouse et sa parèdre.

Pour revenir à cette étude que faut-il comprendre par le mot aroum ערוּם ? Il semble que aroum écrit avec un vaw ו fait appel à la vertu supérieure des hommes et surtout des dieux, la sagesse. Mais à un degré inférieur lorsque ce mot apparaît sans le vaw, c'est à dire arom ערם, cela concerne la subtilité, la ruse des hommes du commun et la nudité. D'un autre point de vue dans cette séquence aroum ערוּם est la nudité qui a un sens ambigu. Peut-on considérer cette nudité comme la nudité spirituelle d'un être face à la réalité ontologique, ou comme la nudité du corps?

L'apparition du vaw dans un mot qui ne le contient pas d'origine signale bien souvent la présence d'un Elohim. Dans ce cas, d'un Ange d'une catégorie supérieure que semble indiquer le mot rom רום ( élevé ) et èr ער, l'être éveillé. Le Serpent fait bien la distinction entre Elohim et YHWH, lorsqu'il parle à la femme. Il ne dit pas : YHWH Elohim יהוה אלהים, mais Elohim tout court. L'Eternel YHWH est le Principe infini ( D.ieu ) par qui tout a été fait et Elohim, lui, se trouve dans le monde d'Assiah עשיה, celui de l'action, notre monde. Il faut distinguer la Kavod, également appelée Eternel, comme le tabernacle de la connaissance du Principe, le Vaisseau de Gloire d'Elohim, brillant comme sept soleils.

Mais le mot èr ער fait subsister encore un doute sur l'entité qui se cache sous l'apparence toute symbolique du Serpent, car èr ער est aussi l'ennemi. Il semble sans aucun doute qu'il s'agit du Ayin ע lui-même. Le Maître de Sagesse our עור, l'être éveillé à l'habit de lumière or עור ou ור. Ce mot peut s'écrire également aor אור en tenant compte du caractère interchangeable de la lettre alef et du ayin. S'agit-il vraiment d'un habit de lumière עור ? Or une Hagada et un Midrash expliquent : cette tunique était si fine qu'elle adhérait complètement à la peau. Serait-ce la tunique de lumière qui donnait l'impression d'être nu ?

Cette histoire de vêtement ou de peau de lumière rappelle étrangement l'aspect du visage de Moïse lorsqu'il descendit de la montagne d'Elohim. Cette peau de lumière est celle de l'homme accompli dont le Serpent est possesseur. Ainsi le mot aurum ערום désigne l'habit d'or que portait le Serpent et qui subjugua la femme, car elle trouva que l'arbre עץ était agréable à la vue. Le mot utilisé taava תאוה est le désir, la fougue amoureuse qu'elle éprouva pour lui. Sur le plan symbolique l'arbre et le Serpent ne sont qu'une seule et même entité. Le Serpent lui-même a été fait de la façon dont l'homme et la femme furent créés, c'est à dire, créé à partir d'un être moins évolué pour aboutir à l'être supérieur, éveillé עור. Car que remarque-t-on? Le même verbe assah עשה a été utilisé pour cette création qui indique comment le Serpent a été conçu. L'homme et la femme partagent avec le Serpent des liens communs relatifs à la nature.

יז : וּמֵעֵץ הַדַּעַת טוֹב וָרָע לֹא תֹאכַל מִמֶּנּוּ כִּי בְּיוֹם אֲכָלְךָ מִמֶּנּוּ מוֹת תָּמוּת

Dans le verset de Genèse 2/17 il avait été soulevé que l'entité représenté par l'arbre et la lettre ayin ע est le maître du jardin donc également de l'arbre de vie. La lettre tsadé ץ du mot arbre le désigne comme le tsadiq, l'être saint. Et c'est lui, le Ayin ע (El Elyon) qui fera accéder l'humanité à l'immortalité ou plutôt à une vie perpétuelle.

On peut d'ailleurs se demander, si le nom du Serpent n'est pas le titre générique des maîtres qui ont précédé le Ayin ע que celui-ci porte également. Il faut se rappeler de l'histoire de Zeus : devenu maître du ciel, il détrôna son père Cronos, celui-ci ayant fait de même avec son père. Ne serait-ce pas là, une légende de fils parricides ? Si ce n'est pas le cas, alors il s'agit de fils qui se saisissent du pouvoir du père par la force. Cela ressemble au mythe d'Oedipe qui tua son père. Ceci n'est peut-être au fond que la répétition d'une histoire encore plus ancienne, la mort violente du Père mythique.

Pour enlever cette image négative attribuée à chaque Maître-Serpent : Fils sauveur – Jésus - du Père tyran, on fit mourir le Fils à la place du Père tyran, l'autorité en ce temps là, Hérode ou le Sanhedrin, afin de déculpabiliser l'humanité. On retrouve ici une inversion de séquence du mythe ancien. Mais finalement il ressuscite en se revêtant d'un corps glorieux, comme le Serpent change de peau à chaque mue. La réintégration du mythe ancien est à nouveau réalisé, mais à un niveau séquentiel différent. C'est également l'image mythique que Moïse avait montré aux Hébreux dans le désert du Sinaï. Moïse avait fabriqué un séraph שרף ( serpent brûlant ) sous les directives de l’Eternel Elohim et l'avait placé sur une perche. On l'appelait Néhoustan נחשׁתּן.

Note :Il faut peut être voir dans cette peau nos conditionnements qu'il faut s'en débarrasser comme indique le serpent ( lui l'animal symbolique des champs ) en abandonnant son ancienne peau. Ainsi de peau en peau c'est à dire en enlevant nos masques psychologiques on passe de champs de conscience en champs de conscience pour acquérir de nouvelles lumières sur nous-même.

Ceux qui avaient été mordus par les serpents brûlants saraf שרף étaient guéris lorsqu’ils regardaient ce serpent Nb. 21/6-7-8-9. Le psychologue français Paul Diel a fourni un apport décisif à la compréhension du langage symbolique par ses ouvrages : Le symbolisme dans la mythologie grecque et Le symbolisme dans la Bible. Au cours de cette recherche ces textes anciens ont été examinés en voyant dans certaines de ces histoires mythiques des faits réels que la mémoire humaine a retenus de l'humanité à ses origines.. L'histoire humaine a été mythologisée, comme le mythe peut expliquer l'histoire de l'homme.[ C'est ainsi que le mythe du cargo cult de John FRUM a pris naissance à la suite du séjour des Américains dans les îles mélanésiennes pendant le dernier conflit mondial. Le prophète promet l’avènement du millénium et la fin du travail. Des produits manufacturés arriveront à profusion de l’Amérique, mais à condition qu’ils observent scrupuleusement les rites - ( Rite du débarquement des américains dans les îles du pacifique - avec des produits manufacturés ) ].

Les texte mésopotamiens permettent de comprendre l'histoire de la chute des dieux et des hommes. Il semble que les dieux ou les chefs se soient déchargés de leur culpabilité sur l'homme, comme ils l'avaient déjà fait en leur faisant porter le panier de corvée - Textes 5 /240 ( Lorsque les dieux faisaient l'homme – Ed. Gallimard ). Dans les strophes précédentes, les dieux avaient tué l'un des leurs afin de former l'humanité avec la chair et le sang de ce dieu mêlés à l'argile. Les dieux se purifièrent ensuite de la mise à mort du sacrifié par un bain purificatoire. A la suite de quoi ils gardèrent pour eux l'immortalité - Gilgamesh Tablette 10 - 3/15. Alors que les hommes étaient voués à la décrépitude et à la mort, car ils avaient été créés à partir de l'argile et de la chair d'un dieu.

le dialogue d’yshah et du serpent

Gen. 3/1 Mais le serpent était rusé, plus qu'aucun des animaux terrestres qu'avait faits YHWH Elohim. Il dit à la femme: "Est-il vrai que Elohim a dit: vous ne mangerez rien de tous les arbres du jardin?"

א וְהַנָּחָשׁ הָיָה עָרוּם מִכֹּל חַיַּת הַשָּׂדֶה אֲשֶׁר עָשָׂה יְהוָה אֱלֹהִים וַיֹּאמֶר אֶל-הָאִשָּׁה אַף כִּי-אָמַר אֱלֹהִים לֹא תֹאכְלוּ מִכֹּל עֵץ הַגָּן

Nous remarquons que dans le questionnement du Serpent : Il ne dit pas -  Est-il vrai que YHWH Elohim a dit .... - Mais Elohim tout court, il a donc bien fait la distinction entre Elohim et le D.ieu des Elohim YHWH. Elohim est dans le monde d'Assiah alors que YHWH est le commencement et la fin ou l'Alpha et l'Omega de St Jean.

Gen. 3/ 2 - La femme répondit au serpent : " Des fruits des arbres du jardin nous pouvons en manger. 3 – Des fruits de l'arbre qui est au milieu du jardin Elohim a dit vous ne mangerez pas de lui, vous ne le toucherez pas de peur que vous mouriez.

ב : וַתֹּאמֶר הָאִשָּׁה אֶל-הַנָּחָשׁ מִפְּרִי עֵץ-הַגָּן נֹאכֵל : ג וּמִפְּרִי הָעֵץ אֲשֶׁר בְּתוֹךְ-הַגָּן אָמַר אֱלֹהִים לֹא תֹאכְלוּ מִמֶּנּוּ וְלֹא תִגְּעוּ בּוֹ  פֶּן-תְּמֻתוּן

Il semble que la femme yshah אשה connaissait par son mari ysh l'interdit de la consommation du fruit de l'arbre situé au milieu du jardin, vue la manière comment elle répondit au Serpent ? Elle en rajoute même : vous n'y toucherez pas ? Le toucher a-t-il un rapport avec le plaisir ? Mais le toucher est aussi important pour la vision, l'aveugle voit avec ses mains. L'expression suivante miménou ממנּוּ révèle que cet arbre est réservé uniquement à la consommation des Elohim ce qui avait été signalé précédemment. Mais il faut remarquer qu'il n'est pas écrit : miméno ממנּוֹ de lui avec un holem, mais c'est avec un shouroug qui signifie nous.

vous ne mourrez point

Gen 3 / 4 - Le serpent répliqua à la femme : de mort vous ne mourrez point.

וַיֹּאמֶר הַנָּחָשׁ אֶל-הָאִשָּׁה לֹא-מוֹת תְּמֻתוּן

C'est l'un des versets le plus court, cependant il est d’une grande importance. A la réponse de la femme au verset 3/3 – " du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Elohim a dit : Vous n'en mangerez pas, vous n'y toucherez pas, de peur que vous ne mouriez. " - לֹא תֹאכְלו מִמֶּנּו וְלֹא תִגְּעוּ בּו פֶּן-תְּמֻתוּן

מות-ת-מת ( Fig. 1) voir Genèse 2/17

La réponse du Serpent : vous ne mourrez pas - lo mot témoutoun לא-מות תמתון apparaît comme une réalité. Car si on examine ces trois mots disposés de la manière suivante ( fig 1) une autre réponse apparaît – la mort du signe de la mort ou de l’état de mort : mavet tav mèt מות-ת-מת. Or dans le verset précédent Elohim avait dit : vous ne mangerez pas de lui " lo tocrélou miménou - לא תאכלו ממנו " et une explication avait été donnée au mot miménou ממנו qui veut dire : de lui ou de nous ou comme une part ou une portion de lui ou de nous – de ce qui nous appartient. Ainsi cette phrase change complètement de sens et devient : vous ne mangerez pas comme nous ou de ce qui nous appartient ou vous ne devez pas être comme nous ou comme Lui, le serpent.

la vérité du serpent

Gen. 3/5 – Mais Elohim sait que, le jour où vous mangerez de lui, s'ouvriront vos yeux, et vous serez comme des dieux ( Elohim) connaissant le bien et le mal.

ה : כִּי יֹדֵעַ אֱלֹהִים כִּי בְּיוֹם אֲכָלְכֶם מִמֶּנּוּ וְנִפְקְחוּ עֵינֵיכֶם וִהְיִיתֶם כֵּאלֹהִים יֹדְעֵי טוֹב וָרָע

Ainsi se confirme dans ce passage sous les dires du Serpent de la consommation par Elohim de cet arbre pour connaître le bien et le mal. Connaître ou voir la lumière infini י est un privilège réservé à ceux qui ont atteint le niveau d'homme Elohim. Le Serpent veut que l'Adam accède à ce niveau comme כ lui, le Démiurge. Le sens ésotérique semble être celui-ci : comme le Principe י connaît toute sa création et Elohim. Il en est de même d'Elohim qui connaît le Principe comme la lumière primordiale ביום. Le beth ב récapitule en un sens le béréshit avec le point initial י et la lumière yom יום au jour de la création. Car il est dit : il appela la lumière, jour. Le kaph כ de l'expression que כִּי est le symbole de la bipolarité, comme conjonction exprime la similitude de nature entre Elohim et sa créature que récapitule la préposition " de nous ou de lui - miménou ממנו " en incluant également le Serpent.

Le mot aïnikrem עיניכם vos yeux remplace l'expression vous serez comme des Elohim, ou vous serez comme le grand ע, car l'allusion est destinée au démiurge. Le Serpent explique à la femme qu'Elohim n'est pas D.ieu, YHW ou le Yod,(2) mais qu'il est comme le Principe, car il est créateur. Du point de vue ontologique lorsque le kaf כ est enlevé, il reste le Yod, la conscience ou le Soi suprême et éternel. Psychologiquement l'homme et la femme vivaient dans le présent parfait sans différenciation et en harmonie avec l'unité du Yod. En mangeant du fruit de l'arbre la femme sera confrontée avec elle-même et avec Elohim, car elle connaîtra la nature du créateur.

C'est comme une brûlure ou une morsure nashaq נשק, à savoir qu'elle sera tourmentée par cette connaissance. Cette idée est exprimée par le mot ki כי qui signifie également une brûlure. En connaissant Elohim et en se distinguant de lui, la conscience de la femme va se faire jour. Avec cette conscience apparaît également le jugement qui la coupe de la communion parfaite avec son être ontologique le Yod. C'est ainsi que la dualité a conduit le premier couple vraiment humain à la conquête du monde, en prenant le chemin inverse de celui de l'unité avec le Tout. Pour la femme c'est la prise de conscience de sa propre individualité. Distinguer le bien et le mal c'est l'acquisition de la conscience morale.

1- Le Serpent désire que l'homme accède consciemment à cette connaissance. Il joue ici le rôle de souffleur. 2-Le Principe, keter ou (le) lumière infinie.

un récapitulatif de genèse 3/5-6-7

ה : כִּי יֹדֵעַ אֱלֹהִים כִּי בְּיוֹם אֲכָלְכֶם מִמֶּנּוּ וְנִפְקְחוּ עֵינֵיכֶם וִהְיִיתֶם כֵּאלֹהִים יֹדְעֵי טוֹב וָרָע : ו : וַתֵּרֶא הָאִשָּׁה כִּי טוֹב הָעֵץ לְמַאֲכָל וְכִי

תַאֲוָה-הוּא לָעֵינַיִם וְנֶחְמָד הָעֵץ לְהַשְׂכִּיל וַתִּקַּח מִפִּרְיוֹ וַתֹּאכַל וַתִּתֵּן גַּם-לְאִישָׁהּ עִמָּהּ וַיֹּאכַל : ז : וַתִּפָּקַחְנָה עֵינֵי שְׁנֵיהֶם וַיֵּדְעוּ כִּי י

עֵירֻמִּם הֵם וַיִּתְפְּרוּ עֲלֵה תְאֵנָה וַיַּעֲשׂוּ לָהֶם חֲגֹרֹת.

Taavah la séduction

Ces trois versets sont caractérisés par des mots clés qui vont servir à l’interprétation du texte ésotérique. On remarque tout d’abord le pronom ki כי, ensuite la préposition miménou ממנו, les mots taavah תאוה, laênaïm לעינים, vaokrel ויֹּאכל et le figuier téénah תאנה.

Il est dit : YHWH Elohim avait formé ytser ייצר l'Adam Genèse 2/7, et avait fait assah עשה le Naash Genèse 3/1. Alors qu'au verset de Genèse 1/26 le verbe utilisé pour faire Adam est assah עשה. Que signifie donc ce changement? La différence entre le verbe former ytser יצר et le verbe faire assah עשה concerne la procédure de fabrication de l'Adam. Le mot ytser יצר donne l'idée de percement de pénétration par la lettre tsadé צ qui est une pointe ou un harpon.

Le serpent serait-il également un Adam? A priori s'il est dans le jardin, il serait comme Adam et Elohim. Ce qui explique l'attitude de la femme qui n'est pas du tout étonnée de cette présence dans le jardin. Le Serpent apparaît comme un grand mystère. Car les précédentes études avaient montré qu'il était les deux arbres du jardin. Serait-il un autre Adam, plus ancien qui est arrivé au niveau des Elohim? Est-il devenu un Archanges? N'est-ce pas là, la justification du Titre de Fils d'Homme qui descend du ciel? Cet Adam-Elohim fait penser à Zeus, fils de Cronos et d'une mortelle, selon la Théogonie d’Hésiode. Zeus détrônera son père et obtiendra l'immortalité.

Le Serpent pose la question suivante à la femme : Est-il vrai qu'Elohim a dit : vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? Cette question est posée comme celle de Genèse 2/16 " Tous les arbres du jardin, manger tu mangeras ", mais d'une manière interrogative. Mais la suite de ce verset : de l'arbre de la science du bien et du mal, tu n'en mangeras point, n'est pas cité par le Serpent - Gen 2/17. La question est astucieuse dans sa forme, car elle suppose une réponse réfléchie qui oblige la personne à qui on pose la question de peser le pour et le contre de manière à exprimer la bonne réponse, car le Serpent a soigneusement évité de mentionner les deux arbres du jardin. Peut être pour voir si la femme va s'en apercevoir? La femme répondit : les fruits des arbres du jardin, nous pouvons en manger ; mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Elohim a dit : Vous n'en mangerez pas, vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez - Gen. 3/2.

La femme a répondu de manière juste, mais différente, elle ne dit pas : tous les arbres du jardin nous pouvons en manger, mais les fruits des arbres du jardin, nous pouvons en manger ; mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin Elohim a dit : vous n'en mangerez pas, vous n'y toucherez point, de peur que vous mouriez - Gen. 3/2-3. On remarque que la femme en rajoute en disant : vous n'y toucherez point - de peur que vous mouriez. Que pensez de cette manière de dire de Genèse 2/16 ainsi que la question posée par le serpent? Le Serpent et Elohim parlent de manger de l'arbre et la femme de manger les fruits. Est-ce qu'il s'agit ici du contenant et du contenu de quelque chose, de la cause et de ses effets, les fruits? La femme a bien compris la question et elle jugea : que l'arbre était bon comme nourriture, qu'il était attrayant à la vue et précieux pour l'intelligence ; elle cueillit de son fruit et en mangea, puis en donna à son époux qui était avec elle, et il mangea Genèse. 3/6. Adam est bien présent lors de cet incident qui enlève à la femme tout le poids de cette transgression.

Il s'agit ici du discernement Shékel שכל. Le serpent dit à la femme : non, vous ne mourrez point, mais Elohim sait que, du jour où vous en mangerez, vos yeux seront dessillés et vous serez comme Elohim, connaissant le bien et le mal - Gen. 3/ 4-5. Ce passage dans la plupart des Bibles est présenté ainsi : vous serez comme des dieux, (élohim - אלהים) au pluriel.

Pourquoi du singulier « de majesté » on passe au pluriel ; allez comprendre quelque chose? Dans cette réponse un message caché apparaît en filigrane: que l'homme partage avec Elohim et le serpent de la même nature par les expressions - car au jour tu mangeras de lui ( ou de nous ) - כי ביום אכלך ממנו de Genèse 2/17 - et miménou ממנו de Genèse 3/3 et : car au jour vous mangerez de lui ou ( de nous ) - כי ביום אכלכם ממנו de Genèse 3/5. Le kaph כ pointé indique également la réciprocité de nature.

Or nous avions également vu que l'arbre èts עץ du milieu du jardin est le ayin ע lui-même. Dans le passage suivant : qu'il était attrayant à la vue et précieux pour l'intelligence, on remarque le pointage de la lettre noun נ, l'indicatif de l'homme céleste Gen. 3/6. On peut se poser la question suivante. Qu'est-ce qui est attrayant pour la vue? Elohim le noun נ du mot vue laénaïm לעינים ou le fait d'acquérir la qualité d'Homme-Elohim, d'être soi-même un Elohim. Mais le mot laénaïm לעינים est aussi l'anagramme des grands anges appelés ahlyonim עלינים ou Archanges. Le serpent serait donc une entité de cette catégorie d'anges. L'Ange d'Israël est désigné comme le Très-Haut Elyonïn עליונין dans les textes de Daniel - Dan. 7/18-22-25-27.

Genèse. 3/7 - Leurs yeux à tous deux se dessillèrent, et ils connurent qu'ils étaient nus ; ils cousirent ensemble des feuilles de figuier et s'en firent des pagnes.

:ותפקחנה עיני שניהם וידעו כי עירמם הם ויתפרו עלה תאנה ויעשו להם חגרות

Qu'est-ce qu'on remarque dans cet extrait? Le mot nus éroumim עירמם ne possède plus le vaw ו électif de Genèse 2/25, mais défectif et que par ailleurs le yod י vient s'intercaler entre le ayin ע et le resh ר c'est à dire au centre de la tête entre l'occiput et les yeux.

Le constat est sévère l'homme a perdu sa qualité d'être angélique; mais garde l'espérance d'en être un jour, et que signale le yod du mot nudité עירמם, qui est la nudité spirituelle, c'est à dire celle d'un nouveau né. Le pagne ou la ceinture hagorot חגרות signifie que l'homme et la femme après cette perte de l'état angélique ne se sont pas résignés, ils partent à sa reconquête avec un esprit combatif et que signale la ceinture.

La femme vit que l'arbre était bon à manger et désirable pour la sagesse sékrel שכל. Or le verbe cueillir léqah לקח signifie également conseil et science. Elle cueillit de son fruit et en mangea. Ce qui signifie que la femme a assimilé cette connaissance qui est symbolisée par l'arbre. Or nous savons que l'arbre et le Serpent ne font qu'un. Que signifie donc le verbe manger אכל, alors que ce mot veut dire également jouir. En psychanalyse le mot manger a un rapport étroit avec la sexualité, vouloir manger quelqu'un, se l'approprier, l'assimiler à soi et n'en faire plus qu'un avec. C'est ainsi que nous en venons au mot taavah תאוה qui a également une autre signification le désir et la concupiscence. Cette idée est soutenue par le mot figuier téénah תאנה qui signifie également le désir charnelle. Yshah אשה éprouva un désir fougueux pour lui לעינים, les yeux, c'est à dire pour l'homme céleste, signifié par le noun נ des yeux. Elle mangea de ce fruit et en donna à son homme qui était près d'elle et il mangea. Ainsi tout est consommé.

Après avoir consommé avec le Serpent, ysha en fait maintenant l'expérience avec son homme. On remarque l'apparition de la sexualité, lors d'une initiation de la femme ysha à une certaine connaissance par le Serpent. Leurs yeux s'ouvrirent et ils connurent qu'ils étaient nus. C'est pour ainsi dire la découverte par les Adam de la sexualité qui n'est plus seulement réservée à la reproduction, mais également à d'autres choses, au plaisir et à l'acquisition de la sagesse shékil שכל et de la connaissance daat דעת, mot tiré du verbe connaître.

Remarquez que dans cette séquence le mot homme ysh אישה porte une terminaison féminine. La présence de ce dans le mot, ysh indique qu'Adam a été faible, plus spectateur qu'acteur et qu'il est son homme à elle. On peut considérer la femme comme père des nations. On pense à Ysaac, le Fils de la Promesse : je reviendrai vers toi à cette même époque; et voici, Sarah, ta femme aura un fils. Mais le premier Fils de la femme, Qaïn קין est ésotériquement appelé le nid qen קן du yod ou du germe.

le maïthuna kundalini - aish kodesh

Apparemment il y a eu échec dans cette initiation qui ressemble tout à fait au Yoga du Tantra, la Kundalini-Shakti dont l'un des exercices le Maïthuna, qui concerne la maîtrise de l'énergie sexuelle, consiste à faire monter celle-ci de la base de la colonne vertébrale vers le sommet du crâne. La sexualité doit être sublimée et transformée en énergie spirituelle. L'échec est signalé par le mot koshel כשל qui signifie faire tomber ou chuter a été tiré du mot intelligence shékil שכיל et aussi par le mot nu airoumim עירמם dont le vaw ו a disparu, si on le compare à celui du verset de Genèse 2/25. On constate que le yod du mot ערומים s'est déplacé après la perte du vaw de l'avant dernière place à la deuxième place entre le resh et le ayin - עירמם.

On pourrait dire qu'il s'est déplacé de la base Sod de la colonne vertébrale, c'est à dire du triangle inférieur signifié par les eaux inférieures maïm מים ( vessies et intestins ) vers la tête. Néanmoins il reste un espoir pour la femme et pour l'homme de reconquérir cet état angélique עירין perdu tout en étant, désormais, pleinement conscient par la présence du yod ou de la lumière qui s'est pour ainsi dire logée derrière les yeux et dans la tête. Est-ce l'hypophyse, la glande que les Egyptiens appelaient le soleil dans la tête? Mais la glande épiphyse, située à la base du cervelet pourrait également jouer ce rôle. C'est depuis la base de la glande pinéale la pierre de faîte ( Rosh pinah ) ou de la base du cervelet que le fleuve Pishon se déverse dans le lobe frontal. Le fleuve Guihon se déverse de la septième vertèbre vers le coeur, Hidéquel se déverse de la 12 ème lombaire vers un peu plus bas que le nombril et l'Euphrate de la troisième lombaire vers la vessie et les gonades. Jésus ישׁוֹ est désigné par le mot Pishon פִּישׁוֹן - Gen.2/11. Les lettres restantes pène פן désignent la pierre d'angle. C'est un autre aspect de l'arbre des Séphiroth.

Note : la glande épiphyse, appelée également glande pinéale, riche en mélatonine est le troisième oeil ou oeil pinéal. Il a existé chez les dinosaures et se retrouve chez les reptiles contemporains comme le sphénodon - http://fr.wikipedia.org/wiki/Sphenodon. Et oui, les humains possèdent eux aussi ce "troisième œil".

L'homme devra pour reconquérir l'état angélique perdu s'armer de courage en se mettant la ceinture de Force חגור autour des reins (2) et descendre dans l'océan sans rivage de l'inconscient qui est signifié ici par le noun נ de תאנה qui est aussi le reptile tane (3) תנ des profondeurs que l'on doit maîtriser avant de partir à la conquête de la lumière, le yod qui se trouve dans la tête. Il est donné à l'homme ce challenge pour être un Homme-Elohim par le travail sur soi pour aller à la rencontre de son grand Soi, que Moïse, Jésus ont accompli de leur vivant.

A plusieurs reprises le rapport de conformité de nature entre Elohim et ses Adams ainsi que le Serpent avait été signalé. Dans ce texte de Genèse 3/5 apparaît une fois de plus ce rapport de nature qui est signifié par le kaph pointé כ, l’adverbe de qualité ou de comparaison comme, ainsi que la préposition miménou ממנו ( suffixe 3ème personne du masculin singulier ou 1ère personne du pluriel - Dictionnaire- Benjamin Davidson ) qui vient de mïn מן ou de manan מנן dont le sens est part ou portion d’un ensemble. Par ailleurs le kraft כ de vaokrel ויאכל est l’adverbe de comparaison, comme. Ainsi on s’aperçoit que les Adam partage avec Elohim et le Serpent des mêmes attributs, exemple ( je suis un membre d’une équipe de football ). La répétition de cette ressemblance qui est exceptionnelle semble primordiale par le message que les anciens ont voulu transmettre.

1 - Ces deux rappellent celui du mot Béhibaram de Genèse 2/4. - Il faut se référer au livre le Symbolisme du corps humain d'Annick de Souzenelle pour comprendre ce travail. 2 - En rapport avec les glandes surrénales et l'adrénaline. 3 – Nos propres démons ( nos mauvais instincts, haine, vanité, concupiscence etc...).

la prise de conscience

Gen. 3/8 - Ils entendirent la voix de YHWH Elohim qui se promenait dans le jardin à la brise du jour, et l'homme et sa femme se cachèrent devant l'Eternel Elohim parmi les arbres du jardin.

וַיִּשְׁמְעוּ אֶת-קוֹל יְהוָה אֱלֹהִים מִתְהַלֵּךְ בַּגָּן לְרוּחַ הַיּוֹם וַיִּתְחַבֵּא הָאָדָם וְאִשְׁתּוֹ מִפְּנֵי יְהוָה אֱלֹהִים בְּתוֹךְ עֵץ הַגָּן

Voici un D.ieu promeneur, or יהוה inclut tout dans son Etre, le monde d'Ein-sof et le monde de la création. On peut donc considérer ce D.ieu promeneur comme étant Elohim. L'homme et sa femme se cachèrent habé חבא devant Elohim de crainte abah אבח. La crainte est attachée à la prise de conscience d'une action incorrecte ou à quelque chose de menaçante. On voit ici que la lettre taw ת du nom de la femme yshto אשתו est pointée. Cette lettre signifie signe, marque ou fondement sa représentation ancienne est une croix x. Elle est aussi la dernière des 22 lettres de l'alphabet, elle signifie donc la fin d'un état, celui du bonheur de l'enfance.

l'apparition de la pudeur

Gen 3/9 - Eternel Elohim appela l'homme : "Où es-tu?" dit-il. 10 - "J'ai entendu ton pas dans le jardin, répondit l'homme; j'ai eu peur parce que je suis nu et je me suis caché."

וַיִּקְרָא יְהוָה אֱלֹהִים אֶל-הָאָדָם וַיֹּאמֶר לוֹ אַיֶּכָּה וַיֹּאמֶר אֶת-קֹלְךָ שָׁמַעְתִּי בַּגָּן וָאִירָא כִּי-עֵירֹם אָנֹכִי וָאֵחָבֵא

L'homme sauvage qui vit nu au milieu d'autres congénères de même nature ne peut pas avoir honte de sa nudité. C'est la notion de civilité acquise par l'éducation et la culture qui peut rendre un sauvage qui ne l'est plus, conscient de sa nudité antérieure. L'homme s'identifie maintenant à Elohim, d'où sa honte de se présenter nu devant lui. Cette identification est donnée par le kraf כ de anoki אנכי. Il a fait un retour réflexif sur lui-même et la conscience de soi a fait jour. Il est maintenant conscient d’être conscient. On voit donc le passage de l'homme nature à l'homme civilisé. On constate aussi que le Yod est toujours présent dans le mot nu eirom עירם, mot dont la racine est arom ערם. Etre nu, c'est n'avoir rien à cacher, c'est ne pas avoir de bagage et c'est aussi être humble.

qui t'a appris que tu es nu?

Gen 3 /11 - Il reprit : " Et qui t'a appris que tu es nu? Tu as donc mangé de l'arbre dont je t'avais défendu de manger! 12 - L'homme répondit : "C'est la femme que tu as mise auprès de moi qui m'a donné de l'arbre, et j'ai mangé!"

וַיֹּאמֶר מִי הִגִּיד לְךָ כִּי עֵירֹם אָתָּה הֲמִן-הָעֵץ אֲשֶׁר צִוִּיתִיךָ לְבִלְתִּי אֲכָל-מִמֶּנּוּ אָכָלְתָּ : וַיֹּאמֶר הָאָדָם הָאִשָּׁה אֲשֶׁר נָתַתָּה עִמָּדִי הִוא נָתְנָה-לִּי מִן-הָעֵץ וָאֹכֵל

Remarquez que le mot nu peut s'écrire indifféremment airom ערם ou arom ערום. Mais dans ce cas-ci, nu s'écrit avec un Yod עירם alors que dans le verset de Genèse 2/25 le vaw se trouve encore attaché au mot nudité airoumim ערומים signifiant encore leur état d'êtres angéliques. Dans ce passage la femme et l'homme ont perdu cette qualité mais gardent l'espoir de la reconquérir un jour avec le yod de leur nudité עירם. Ce ne sont plus des êtres vierges spirituellement sans fausse honte. A notre époque l'évolution et l'éducation n'autorisent plus de vivre nu, sauf dans les camps de nudistes ou dans les camps de la mort quand l'homme est réduit à l'état de bête. La responsabilité prométhéenne du Serpent ע est grande dans cette initiation bien qu'étant le Maître et le Gardien de l'Arbre ets עץ de la connaissance et de la vie. Dans cet épisode les Adam n'arrivent pas à reconnaître les Elohim, les uns des autres. Il semblerait que les Elohim soient composés de jumeaux, c'est le cas de Moïse, le jumeau d'Elohim ( dû à un arrangement des lettres de de son Adn – voir dans les textes d'Exode ).

voici l'adam est devenu comme l'un de nous

Gen. 3/22 - Puis Y... Elohim dit : "Voici que l'homme est devenu comme l'un de nous, pour connaître le bien et le mal! Qu'il n'étende pas maintenant la main, ne cueille aussi de l'arbre de vie, n'en mange et ne vive pour toujours!"

וַיֹּאמֶר יְהוָה אֱלֹהִים הֵן הָאָדָם הָיָה כְּאַחַד מִמֶּנּוּ לָדַעַת טוֹב וָרָע וְעַתָּה פֶּן-יִשְׁלַח יָדוֹ וְלָקַח גַּם מֵעֵץ הַחַיִּים וְאָכַל וָחַי לְעֹלָם.

A plusieurs reprises la ressemblance en tout point entre l'Adam et Elohim avait été clairement affirmé. Dans ce texte : voici que l'Adam est devenu comme un de nous est très intéressant - הֵן הָאָדָם הָיָה כְּאַחַד מִמֶּנּוּ. Nous soulignons encore ce fameux miménou מִמֶּנּוּ de nous. Ce ''comme Un - כאחד " est très important, c'est la reconnaissance par Elohim de la personne humaine en tant qu’individu, en tant que semblable, en tant qu'égale sur le plan physique, mental et spirituel. C'est l'indication également que l'homme vient d'entrer par la petite porte dans le monde des Elohim.

Il n'est pas encore tout à fait au niveau d'Elohim, mais il le sera dans les temps à venir. L'homme est devenu un être universel. Il a acquit un peu de science. Cependant à cause de cette capacité et malheureusement aussi à cause de son immaturité par rapport à Elohim il est devenu un danger pour eux. Ce danger est exprimé par le mot shélah שלח qui est aussi le glaive. L'Adam pourrait étendre ישלח le glaive avec sa main yado ידו aux quatre ד points cardinaux ou portes et dans le monde d’Elohim. Pour les Chrétiens ce passage confirmerait la réalité de la Trinité, dans ce cas on n'a plus affaire à trois personnes mais à quatre avec l'Adam.

les keroubim

Gen. 3/24 - Il bannit l'homme et il posta devant le jardin d'Éden les chérubins et la flamme du glaive fulgurant pour garder le chemin de l'arbre de vie.

וַיְגָרֶשׁ אֶת-הָאָדָם וַיַּשְׁכֵּן מִקֶּדֶם לְגַן-עֵדֶן אֶת-הַכְּרֻבִים וְאֵת לַהַט הַחֶרֶב הַמִּתְהַפֶּכֶת לִשְׁמֹר אֶת-דֶּרֶךְ עֵץ הַחַיִּים

Pour parer à la menace Elohim le renvoie yshaléhou ישלחהו du jardin où il avait été placé comme serviteur et aussi de l'Eden d'où il avait été pris Gen 3/23.

וַיְשַׁלְּחֵהוּ יְהוָה אֱלֹהִים מִגַּן-עֵדֶן לַעֲבֹד אֶת-הָאֲדָמָה אֲשֶׁר לֻקַּח מִשָּׁם

De la notion de renvoie yshaléhou ישלחהו qui a été vu précédemment on passe ici à l'expulsion par la Force garesh גרש de l'Adam. Peut être ne voulait-il pas s'en aller, d'où cette expulsion par la force? De toute manière il le renvoie sous la menace shélah שלח de l'épée flamboyante lahat hahèrev להט החרב. Par ailleurs pour parer à toute éventualité il les met en surveillance avec l'aide des deux Kéroubim qui tournent hafak הפּכ au-dessus du périmètre d'Eden. Ce verbe veut dire également détruire.

Les Kéroubim כרבים sont pour ainsi dire de petits astronefs dotés de l'épée flamboyante ( une arme à rayonnement comme le laser ) Genèse 3/24, Ez 9/2, 10/2-3-7, Juges 6/21, Ha 3/11, Juge 6/21, Nb 20/11, Nb 21/18, Hab 3/11. Le fait qu'il est dit tournoyante, ne concerne pas l'arme mais les Kérouvim כְּרֻבִים qui tournent au dessus de l'Eden. Ces deux machines fonctionnent d'une manière automatique comme les satellites de surveillance. Mais à d'autre moment ils sont pilotés par des Elohim dans ce cas le mot kéroub porte le vaw ו voir Ez 9/3, 10/2-4-7, 2-Sam 22/11, Ps 18/10-11. Le veth ב pointé désigne une habitation baït בית.

Ps 18/11 - il chevaucha un chérubin et vola, il plana sur les ailes du vent.

וַיִּרְכַּב עַל-כְּרוּב וַיָּעֹף וַיֵּדֶא עַל-כַּנְפֵי-רוּחַ.

Ez. 9/3 - La gloire de l'Eloah d'Israël s'éleva de sur le chérubin sur lequel elle était....

וּכְבוֹד אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל נַעֲלָה מֵעַל הַכְּרוּב אֲשֶׁר הָיָה עָלָיו אֶל בְּמָתְנָיו.

Qaïn – fils de la semence divine

Gen. 4/1- L'homme connut Eve, sa femme; elle conçut et enfanta Qaïn et elle dit : «J'ai acquis un homme de par YHWH.» 2 - Elle donna aussi le jour à Abel, frère de Qaïn. Or Abel devint pasteur de petit bétail et Qaïn cultivait le sol.

וְהָאָדָם יָדַע אֶת-חַוָּה אִשְׁתּוֹ וַתַּהַר וַתֵּלֶד אֶת-קַיִן וַתֹּאמֶר קָנִיתִי אִישׁ אֶת-יְהוָה : 2 וַתֹּסֶף לָלֶדֶת אֶת-אָחִיו אֶת-הָבֶל וַיְהִי הֶבֶל רֹעֵה צֹאן וְקַיִן הָיָה עֹבֵד אֲדָמָה

Aussitôt après avoir consommé de l’Arbre Adam appela sa femme Eve « Haoua חוה », la vivante ( celle qui donne la vie ), bien qu’elle n’ait pas encore enfanté Gen.3/20. On voit par ailleurs que le Yod apparaît dans le nom de Qaïn קין ce qui indique le degré d’évolution des humains donnant l’impression qu’il est d’origine divine. On remarque également qu’Eve ne dit pas : j’ai obtenu un enfant avec Adam, mais avec YHWH. On sait que YHWH représente le Principe dans la création, c’est à dire kéter. Qu’est-ce que cela peut signifier? Dans les textes précédents ceux de taavah il a été question d’une initiation à la Kundalini-Sakhti.

C’est pourquoi Eve dit : j’ai obtenu un enfant avec YHWH et non pas avec Adam. Il s’agit ici d’une acquisition spirituelle. Ysha אשה a atteint le degré de Tipheret dans l’Arbre des Séphiroth, d’où le changement de son nom avec l’apparition des deux premiers degrés WH וה. A ce niveau on obtient le souffle de la Nishama qui fait de l’homme un Individu. C’est la conscience de soi ou l'acquisition du nom shem, contenu dans la Nishama qui la sépare de l’animal et de la plupart de ses semblables qui se conforment encore aux pratiques et aux coutumes tribales de leur société. Elle n’a pas atteint le degré de YH יה, c’est à dire Keter. La lettre rhèt ח de son nouveau nom est celle de l’initiation et de la lumière infinie ( voir le nombre 8 de hanoukah ) permet d’affirmer qu’Eve a entrevu cette lumière. Il y a donc deux naissances celle de Qaïn et celle de l’acquisition de la connaissance du Tétragramme. Le Tétragramme est donc d’essence Qaïnite, c’est pourquoi le petit fils d’Eve est appelé l’initié Hénok חנוך. ( hanork )

une parenthèse dans cette étude

La terre Eretz a été aménagée antérieurement par des êtres, Anges ou Elohim de la constellation de l'Ourse. D'autres Elohim, partis du Nord, de la constellation du Serpent sont descendus vers le midi de la galaxie dans la constellation de Kimah ( les Pléiades ) avant d'arriver sur notre terre - Amos 5/8, Job 38/4-7-31-32. Les premiers arrivés sur Eretz proviennent de la Constellation de l'Ourse, suivis par d'autres arrivant de Kimah. Les premiers sont restés fidèles à la Loi de leur monde, les seconds par contre se sont déclarés libres dans un monde sans loi. Ils créèrent des hommes pour être leurs esclaves, une histoire relatée par les tablettes cunéiformes de Mésopotamie et qui est également reprise par la Torah pour le jardin d'Eden dans lequel les Adams servaient d'esclaves oved עבד pour le travailler et le garder ( le mot oved travailler signifie également esclave ).

Il semble qu'après un certain temps une guerre éclata entre les deux groupes ( mythe de la guerre des dieux que relatent différentes traditions ainsi que la Torah - Livre des guerres de l'Eternel Nb. 21/14 ) d'où sorti un vainqueur inattendu un Elohim né dans notre monde, donc un demi dieu ( mythe grec de Zeus etc..) - Jer. 10/11- Es. 24/21 - Ps 82/6-7. Il semblerait que cet Elohim soit le Maître actuel de notre Galaxie. La terre Eretz porte la signature des Elohim de la Constellation de l'Ourse ( Esh עש ) ainsi que la fabrication des hommes dont le verbe faire assah עשה est le symbole de leur patrie עש. L'Ange ou le demi-dieu qui a été cité plus haut est le Maître de l'Arbre de la connaissance et de la vie, El Elyon, le Gardien du seuil du jardin dans lequel Adam fut déposé. Au Sinaï il donna la Loi à Moïse et au peuple d'Israël avant de partir pour la Constellation de l'Ourse dans le monde d'Ahliot au coeur de l'Aquilon en attendant qu'il revienne un jour comme annoncent les prophètes Ps 48/1-4, Is. 14/13,33/17-21 Ma 3/1.

le serpent qui est-il ?

Il a été précédemment dit que le serpent était sage aroum plus qu’aucun des animaux terrestres et l’explication du sens du mot aroum avait été donnée par l’apparition ou la disparition du vaw dans un mot. La nudité peut être comparée également à la perte du pelage des animaux et l'éloignement des Adam de l'état animal. Or dans ce texte il est dit également que le serpent avait été fait assah עשה par Y...Elohim ce qui implique la similitude de conception du serpent et des Adam. Par ailleurs la nature du serpent est ici purement symbolique. C’est donc un autre humain issu de cette terre, peut être plus perfectionné qu’Adam. Il se pourrait qu’il s’agisse d’Elohim nés sur cette terre, ceux qu’on appelle les béni Elohim, les fils d’Elohim Genèse 6/2.

apparition d'une humanité différente des adam

Gen. 1/29 - Elohim dit : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : Ce sera votre nourriture.

וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים הִנֵּה נָתַתִּי לָכֶם אֶת-כָּל-עֵשֶׂב זֹרֵעַ זֶרַע אֲשֶׁר עַל-פְּנֵי כָל-הָאָרֶץ וְאֶת-כָּל-הָעֵץ אֲשֶׁר-בּוֹ פְרִי-עֵץ זֹרֵעַ זָרַע לָכֶם יִהְיֶה לְאָכְלָה.

Dans ce passage une notion de séparation est contenue dans les nombres de semence zéra זרע, dont les correspondances sont les suivantes : 70 20 7 = 7 -2 -7. Le nombre 2 entre les deux sept symbolise la dualité au coeur de la plénitude qui est représenté par les deux sept. Le nombre 7 a pour correspondance la lettre zaïn et la lettre ayin par réduction. D’un point de vue ésotérique ces deux lettres désignent la même famille d’entités. Par ailleurs deux autres lettres ont été retenues pour l’exégèse symbolique : le  הִ du nom Elohim אֱלֹהִים et le zaïn זֶ du mot semence zérah זֶרַע. Quel est le germe ה et la semence ז dont il s’agit ici ? Puisque c’est le mot Elohim qui a reçu la première ponctuation, on peut donc supposer que c’est le germe d’Elohim. Ce germe constitue le fondement de la semence d’une nouvelle race d’hommes dieux.

C’est ainsi que nous rejoignons Genèse 1/26 sur l’opportunité de faire un rapprochement entre l’engendrement d’une nouvelle race de dieux sur la terre et le germe du Serpent. Quelle est l’idée maîtresse qui se détache du mot zéra זרע en tenant compte de son sens antinomique? Car le mot semence זרע peut être compris autrement et signifier une nation, un peuple, et comme mot composé zé-râh ז־רע, l’ami ou l’ennemi. Du point de vue de la symbolique des lettres, le zaïn représente également la famille des serpents naash נחש. Mais cela avait déjà été signalé par la correspondance entre la lettre zaïn et la lettre ayin et leur désignation comme symbole d’une nouvelle race d’hommes dieux. Il semblerait qu’un mystère raz רז soit contenu dans le mot semence zéra זרע et de l’origine du ayin déjà présent au sixième jour de la création. Mais le mot zer זר symbolise la couronne d’or du vainqueur qui est en l’occurrence le Ayin.

La correspondance serpent-zaïn conduit au vieux dieu lunaire zin ou sïn des Sémites. Est-ce lui le dieu serpent el-hanaash אל הנחש, un dieu étranger זר à la tradition abrahamique ? Selon la disposition des lettres du mot semence, le serpent zin ou la lettre zaïn semble être le père ou le maître du ayin. Le ayin ne serait-il pas un fils, semence de la semence, d’où l’expression זרע זרע, des anges dissidents de Genèse 6/2. Il faut se rappeler une fois de plus de la symbolique attachée au nombre 2 qui semble être un nombre notifiant une rupture avec le passé. Car dans ce chapitre 6 verset 2 de Genèse, la fracture dans un monde où l’ordre devait être immuable semble consommée. Le monde d’Elohim est géré par le nombre 6 alors que le nombre 2 est d’ordre binaire et de scission. Ainsi le deuxième jour de la création n’est pas dit bon par Elohim.

Dans la tradition ésotérique d’Israël le mot herbage eshèv עשב désigne l’armée des anges. Le sens symbolique est presque identique et représente la maison baït ב, ou עש le lieu des sept shéba שבע étoiles kokavim כוכבים. Dans la Torah les anges sont quelquefois représentés par des étoiles. La lettre ayin va jouer un rôle déterminant mis à part le yod. Par ailleurs la dernière et la deuxième lettre er ער étant le participe du verbe intransitif être éveillé ער désigne donc l’Homme ע, la semence du serpent zin, comme l’homme à la vision divine celui qui a atteint le statut de la divinité. Si le serpent zin est le père du ayin, nous pouvons dire que le serpent zin est le maître de la constellation du Serpent ou du Dragon qui est située dans le même secteur de l’hémisphère boréal que la constellation de la Grande Ourse sur laquelle il régnait avant d’être détrôné par le grand Ayin.

Certains aspects de ces textes qui ont été soulevés font penser au monde grec du récit de la création et spécialement à Zeus, le dieu du ciel diurne. Ce dieu n’est pas purement indo-européen, car il a emprunté certains traits de caractère aux dieux fulgurants de l’Orient ( Hadad, Teshub, Baal ) ainsi qu’à une divinité crétoise “ au jeune dieu mourant ”. Voici une version du récit de la création de la Théogonie d’Hésiode. Il faut considérer cet aspect des mythes non pas seulement sur le plan de la psychologie collective, mais comme étant superposable à des faits réels et non pas à une projection de l’intérieur vers l’extérieur des croyances de l’homme. Il s’agit ici de démythologiser. Au début était le chaos sans fond ni limite, puis Gaïa ( la terre ), la matrice des dieux et des hommes, et Eros, la pulsion de vie ou orgonome bio-énergétique qui pousse les êtres à se reproduire.

Du Chaos naissent la lumière et l’ombre qui sont Erèbe ( la nuit ) et Ether ( la lumière du jour ). Quant à Gaïa, elle enfante l’espace et l’atmosphère ou Ouranos ( le ciel étoilé ). Puis elle engendre Ouréa ( les montagnes ) et Pontos ( la mer ). De son union avec Ouranos, Gaïa donne naissance aux Titans : six garçons et six filles. Ces Titans, dont Cronos, représentent la première génération des dieux issus du ciel et de la terre sont décrits comme très grands, aux cheveux blonds et à la peau blanche - Livre d'Hénok 105/10. Les Géants étaient sur la terre en ces temps-là...Genèse 6/4. Des monstres redoutables, les cyclopes et les Hécatonchires, naissent également de cette union. Zeus se servira de ces monstres afin de venir à bout des Titans, les premiers dieux issus du ciel. La terminaison en An du mot Titan signifie ciel d'où est issu le dieu Anu, le maître du ciel et dont le symbole est justement une étoile et la croix de Malte.

Du point de vue symbolique, est-ce la raison pour laquelle parmi les Titans, Atlas est condamné par Zeus à soutenir la voûte céleste ? La philologie explique peut être le glissement des lettres et des mots, ainsi ce qui suit : Titan, Tian, Géant, It-An, Itan, Atan, Atlan, Atlas, Aztlan, Azlan, etc... Les ouraniens, les premiers dieux, comme les Elohim sont détrônés par Cronos à l’issue d’une guerre inexpiable. Il est le premier parmi la génération des dieux issus de la terre à obtenir le titre de Maître suprême. Qu’est ce que l’on peut dire du nom de Cronos? L’étymologie de ce mot Cronos ou Koronos ( couronne ) vient du sémite karen corne dont les dieux sont représentés portant des tiares à double rangées de cornes ou à la couronne d’or des dieux de la mythologie grecque. Au vu de son nom, Cronos serait le premier roi parmi les dieux issus de la terre à recevoir le titre d’immortel, car la couronne confère l’immortalité. Mais la chronologie des mythes de la Grèce antique montre que Zeus, le mortel fils de Cronos, a atteint le statut d’immortel avant les autres fils des dieux.

Lui-même détrônera Cronos avec l’aide de ses frères les Cyclopes et les Hécatonchires. Désormais, sa suprématie sur les Olympiens et sur les Ouranides s’étendra à toute la galaxie. Cette histoire fait penser au “  Livre des guerres de l’Eternel “ Nb. 21/14. Dans cette théogonie de la Grèce antique, l’homme n’est pas placé au centre de la création, contrairement à la Torah. Sa naissance semble généralement le fait du hasard et non pas des dieux. Certains mêmes naissent directement de la terre. Mais comme l’exception confirme la règle, il existe tout de même un dieu artisan qui a modelé l’homme à partir de la terre glaise. Ce récit mythique se rapproche par certains égards à celui de Genèse 1/26. C’est à dire la génération de dieux issus des déesses créées à partir des dieux d’où est issu Zeus et en ce qui concerne la tradition israélite le grand Ayin ע.

la perte de la lumière

Gen. 4/3- Et il arriva, au bout d’un certain temps, que Qaïn se mit à apporter des fruits du sol en offrande à YHWH. 4 - Et Abel offrit, de son côté, des premiers-nés de son bétail, de leurs parties grasses. Et YHWH se montra favorable à Abel et à son offrande.

וַיְהִי מִקֵּץ יָמִים וַיָּבֵא קַיִן מִפְּרִי הָאֲדָמָה מִנְחָה לַיהוָה : ד וְהֶבֶל הֵבִיא גַם-הוּא מִבְּכֹרוֹת צֹאנוֹ וּמֵחֶלְבֵהֶן וַיִּשַׁע יְהוָה אֶל-הֶבֶל וְאֶל-מִנְחָתוֹ 

Comme l’annonce ce titre, la perte de (le) lumière, principe masculin, indique maintenant le caractère extraverti de l’homme qui n’est plus seulement tourné vers l’intérieur, mais qui projette tout son énergie à la conquête du monde. Cette perspective est rapportée par la lettre aleph א, le symbole de la densification de l’énergie harouah, l’esprit, à l’origine de l’univers. Aussi la notion de jugement Din descend du tribunal céleste pour être le compagnon de Qaïn. Avec celui-ci apparaît la première forme d’athéisme, le vaw, ou Elohim et le yod, la Séphirah Kether, ne sont pas honorés dans son offrande à la divinité, car ces deux lettres n’apparaissent pas dans le verbe présenter bia ביא ou boa בוא. L’absence du yod dans ce mot בא correspond à la privation de le lumière ou jour יום correspondant aux trois hypostases. Qaïn ne croit qu’en lui et en ses possibilités. “ Suis-je le gardien de mon frère ? ” par cette réponse cynique transparaît le degré d’individualisme du premier fils d'Eve.

Cette réponse est adressée à lui-même à sa conscience ou à ses normes ontologiques, car le yod représente la divinité en l’homme, toujours miséricordieuse. La notion de chute est exprimée par le verbe tomber nafal נפל de l'expression : son visage fut abattu - vaïplou panav ויפלו פניו ” Qaïn est devenu un être ténébreux. A l’inverse l’offrande d’Abel est dédiée à la divinité qui est indiquée par la présence du yod dans le mot offrande bia ביא. Il semble par ailleurs naturellement que Qaïn soit un être divisé en lui-même, idée que confirme la disposition de la lettre beth au milieu du verbe présenter vaïavé ויבא. C’est la raison pour laquelle le yod, l’amour lui-même est absent dans son acte d'offrande בא. On remarquera, aussi, que son offrande est dédiée aux forces de la nature ce qui est exprimée par le aleph pointé א.

Par l’expression ouméhelvéhen ומחלבהן, partie grasse, peut se comprendre la pureté lében לבן de coeur lev לב d’Abel, la maison baït ב de la grâce hen חן. Il fut la première victime a être offerte sur l’autel de sacrifice, dont la désignation habituelle est donnée par la lettre beth “ Gen. 4/14 - Voici, tu me chasses aujourd’hui de dessus la face de cette terre ; je serai caché loin de ta face, je serai errant et vagabond sur la terre, et quiconque me trouvera me tuera. 15 - Et YHWH lui dit : si quelqu’un tuait Qaïn, Qaïn serait vengé sept fois ”. Et YHWH mit un signe sur Qaïn pour que quiconque le trouverait ne le tuât point. Que signifie donc ce signe ott אות ? C'est l'apparence et la physionomie de Qaïn qui avait la haute taille et l'aspect des Elohim dont le signalement est donné par le vaw ו du mot signe ott אוֹת .

יד : הֵן גֵּרַשְׁתָּ אֹתִי הַיּוֹם מֵעַל פְּנֵי הָאֲדָמָה וּמִפָּנֶיךָ אֶסָּתֵר וְהָיִיתִי נָע וָנָד בָּאָרֶץ וְהָיָה כָל-מֹצְאִי יַהַרְגֵנִיטו : וַיֹּאמֶר לוֹ יְהוָה לָכֵן כָּל-הֹרֵג קַיִן שִׁבְעָתַיִם יֻקָּם וַיָּשֶׂם יְהוָה לְקַיִן אוֹת לְבִלְתִּי הַכּוֹת-אֹתוֹ כָּל-מֹצְאוֹ 

Il a été précédemment question de la lumière primordiale ou jour yom יּוֹם, le Principe ou l’oeil omnipotent tsafa צפה de la Séphirah Kether י qui met à nu le coeur de l’homme. Qaïn obtient la clémence d’Elohim, une expression donnée par le deuxième ה du Tétragramme qui est ici l’Esprit d’Elohim. Ce deuxième qui se trouve du côté gauche, celui de la miséricorde, est le côté où l’on porte le bouclier, tandis que le glaive est porté de la main droite, le côté de la rigueur. Cela rappelle un parallèle à ce croisement de la descente de l’énergie du yod dans la bénédiction de Jacob-Israël, comme dans un effet de miroir en vis-à-vis de Joseph Gen. 48/14. C’est l’Esprit ה d’Elohim qui se fait ici miséricorde pour le paria. Cette particularité de la descente de l’énergie correspond dans l’arbre des Séphiroth à la fonction des hémisphères du cerveau humain, dont le croisement des pulsions énergétiques s’effectue au niveau du corps calleux.

la prostitution

Gen.4/23 - Lamekh dit à ses femmes : Adah et Tsilah, écoutez ma voix! Femmes de Lamekh, écoutez ma parole! J’ai tué un homme pour ma blessure, et un jeune homme pour ma meurtrissure.  

כג : וַיֹּאמֶר לֶמֶךְ לְנָשָׁיו עָדָה וְצִלָּה שְׁמַעַן קוֹלִי נְשֵׁי לֶמֶךְ הַאְזֵנָּה אִמְרָתִי כִּי אִישׁ הָרַגְתִּי לְפִצְעִי וְיֶלֶד לְחַבֻּרָתִי.

Les deux femmes nasha נשי de Lamekh ont hérité ש de l’aspect physique des Elohim, les hommes divins énash אנש que semble désigner ici la lettre ע, car toutes les deux sont désignées par l’ombre צל־ע du ע de ( écoutez shémaan ) שמען. De plus, ces deux femmes sont issues de la semence ז du Serpent zïn זֵנ. Elles ont institué pour la première fois l’adultère, la fornication et la prostitution, les trois dernières lettres zanah זנה du verbe écouter azénah אזנה, en mode de vie dans la société naissante. Ce qu’il faut retenir ici, c’est la présentation du verbe écouter par shéma שמע et azane אזנ, dont le seul but est de mettre en relief le zaïn et le ayin des nombres 7 et 70. Le commentaire de Rachi dit que c’est Qaïn, le fils du Serpent qui fut tué par Lamekh.

les fils de la race divine

Gen. 6/3 - Alors YHWH dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’Adam pendant une longue durée, car lui aussi devient chair. Leurs jours seront réduits à cent vingt ans.

ג : וַיֹּאמֶר יְהוָה לֹא-יָדוֹן רוּחִי בָאָדָם לְעֹלָם בְּשַׁגַּם הוּא בָשָׂר וְהָיוּ יָמָיו מֵאָה וְעֶשְׂרִים שָׁנָה .

Dans un précédent épisode nous avions relaté les circonstances par lesquelles la sage Mammi avait mis au monde les adam à la suite d’une création spéciale. On avait remarqué que dans la famille divine se trouvaient également des déesses, ce qui fut expliqué par l’étymologie du verbe faire assah עשה. Lorsqu’il avait fait l’homme, Elohim avait utilisé ses gènes, ce qui explique la beauté des filles des Adam tout en étant légèrement différentes de leur modèle original. Car les Elohim du point de vue ethnique constituaient une population de jumeaux génétiquement purs. Et de ce point de vue, les filles des Adam exerçaient sur eux une attirance qui avait fait oublier à ces hommes leur statut de dieux. Alors ces hommes tombèrent dans ce que les églises appellent le péché de chair.

C’est de la sorte que naquirent les demi-dieux Qaïn, Enosh, Hénokh, et les géants : Anaquim, Zuzim, Emmim, Réfaïm et les Horéens etc... “ Gen. 6/4. Les Néfilim parurent sur la terre à cette époque et aussi depuis, lorsque les fils d’Elohim se mêlaient aux filles des Adam et qu’elles leur donnaient des enfants. ” Les Néfilim appartiennent à cette catégorie d’anges qui avaient abandonné leurs préjugés d’êtres supérieurs et à qui avait été interdit l’acte procréateur du fait de leur capacité à vivre plus longtemps que les hommes. Or l'instigateur du renversement de ce tabou est Samyasa, l'un des chefs de ces anges rebelles. Ces êtres ne purent transmettre à leurs progénitures la même durée de vie qu’à eux-mêmes - Livre d'Hénok 10/14 - “  C’est en vain qu’ils espéreront pour leurs enfants la vie éternelle, et même une vie de cinq cents années. 

livre d'Hénok à télécharger sur : http://www.areopage.net/atxtheb/Henoch

Il semble que l’instigateur de cet état de chose fut Azaziel que l’on retrouve sous le nom d’Azazel dans le Lévitique - Lev. 16/8. Selon la dénomination habituelle ce nom Azazel עזאזל signifie “ celui qui détourne ou qui éloigne. ” Le mot az עז ou azaz עזז désigne le fort, ou le puissant et el אל le dieu, ce qui donne à penser que le mot Azazel veut dire le dieu puissant. Or dans ce passage c'est Elohim, le vaw ו de יהוה qui signale que son esprit ne restera pas toujours en l'homme à cause de cette pollution induite par la naissance de ces demi-dieux appelés Néfilim. Cette intrusion de l'Adn d'une race différente par métissage va saper le travail de longue haleine qu'il avait programmé lors de la création d'Adam et d'Asha. Plus loin à Genèse 6/7 c'est toujours Elohim qui regrette d'avoir créé l'Adam et parle d'exterminer les Adam jusqu'aux insectes « ויאמר יהוה אמחה את-האדם אשר-בראתי ». Elohim se servira de la kavod pour provoquer le déluge maboul מבול voir Genèse 8/21 Elohim parle en place de l'Eternel.

lévitique 16/10

Et le bouc que le sort aura désigné pour Azazel devra être placé, vivant, devant le Seigneur, pour servir à la propitiation, pour être envoyé à Azazel dans le désert.

וְהַשָּׂעִיר אֲשֶׁר עָלָה עָלָיו הַגּוֹרָל לַעֲזָאזֵל יָעֳמַד-חַי לִפְנֵי יְהוָה לְכַפֵּר עָלָיו-לְשַׁלַּח אֹתוֹ לַעֲזָאזֵל הַמִּדְבָּרָה.

Dans ce rite du sacrifice des boucs, le premier est dédié à la puissance infinie le yod, représenté dans ce cas par le Tétragramme et celui vivant qu’on envoie à Azazel - עֲזָאזֵל pour la rémission des péchés d’Israël est sur le plan ésotérique envoyé au ayin ע du mot bouc saïr שעיר, dont la dénomination secrète est le maître ou le prince veillant, le dieu de l’orage ou de la terreur Lev. 16/8. Dans les Véda, le bouc, animal de sacrifice est dédié à Agni, le dieu du feu. Il apparaît alors comme le principe du feu génésique d’où naît la vie, et du feu sacrificiel synonyme de vie de sainteté. C’est pourquoi le titre de bouc de D.ieu fut attribué à Jésus en ce qu’il récapitule en lui les deux boucs, fils du yod et fils du ayin.

Note : En Egypte, le bouc était consacré à Typhon-Seth. Les Egyptiens confessaient leurs péchés au-dessus de la tête de ce bouc après quoi l'animal était envoyé dans le désert.

Le bouc est l’animal totem qui a souvent été associé à Azaziel, ce qui nous ramènent aux fils d’Elohim. Ces hommes reçurent le titre d’hommes forts Guiborim. Par ailleurs ils sont appelés ènash אנש, hommes, à l’égale des Anges. Dans le passage suivant : YHWH dit “ mon esprit n’animera plus les adam. וַיֹּאמֶר יְהוָה, לֹא-יָדוֹן רוּחִי -” Gen. 6/3. On constate que c’est Elohim, le vaw qui parle et non pas le Principe éternel YHWH , le Yod du Tétragramme. Au verset sept, c’est encore le vaw יהוה qui parle d’exterminer le genre humain. Mais seul Noé trouva grâce aux yeux de YHWH. C’est ici le mot yeux בעיני ou le ayin qui est mis en avant.

bab-el ou la porte des dieux

Gen. 11/3- Ils se dirent l’un à l’autre : Allons! faisons des briques, et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment. 4- Ils dirent encore : Allons! bâtissons une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre.

 ג: וַיֹּאמְרוּ אִישׁ אֶל-רֵעֵהוּ הָבָה נִלְבְּנָה לְבֵנִים וְנִשְׂרְפָה לִשְׂרֵפָה וַתְּהִי לָהֶם הַלְּבֵנָה לְאָבֶן וְהַחֵמָר הָיָה לָהֶם

לַחֹמֶר: ד וַיֹּאמְרוּ הָבָה נִבְנֶה-לָּנוּ עִיר וּמִגְדָּל וְרֹאשׁוֹ בַשָּׁמַיִם וְנַעֲשֶׂה-לָּנוּ שֵׁם פֶּן-נָפוּץ עַל-פְּנֵי כָל-הָאָרֶץ

Ces hommes constituaient les chefs des tribus de ce temps-là. L’indication en ce sens est donnée par l’expression suivante : איש אל-רעהו ( homme dieu mauvais ) dont le ayin est pointé. Il ne s’agit pas ici du maître suprême, mais d’une catégorie de fils d’Elohim, les ahlionïm. Ces fils d’Elohim appartiennent au groupe des Réphaïm רפה que semble indiquer le mot cuir au feu séréfah שרפה. Ces hommes puissants one און, fils בן du ciel an אן ( expressions tirées de לאבן ), des hommes iniques, pensaient-ils atteindre le ciel? Il semble que ce fut là leur but, car l’expression faire des briques lébénah לבנה est aussi le nom de la lune. L’énergie nécessaire à cette opération d’une puissance phénoménale est donnée par le aleph du mot pierre avèn אבן. Quelle est l’énergie qu’on peut tirer de la pierre si ce n’est l’énergie des atomes ?

Ainsi, du point de vue de la symbolique le aleph peut être considéré comme la puissance du fiat lux du commencement, en d’autres termes celle des étoiles. Pour pousser l’explication plus loin, les Anges étant des êtres capables de voyager dans le cosmos à bord des galgal, on peut dire que ces Réphaïm avaient également la capacité de construire de petits engins appelés séraph שרף, ainsi que celle de voler dans l’espace. Ce sont bien les fils rebelles des Anges, les demi-dieux désignés ici par le ayin dans ces deux versets, et particulièrement par l’expression : בן-לנו-ע = נבנה-לנו עיר ( fils de nous le ע ). Mais la Gloire d’Elohim descendit, et il vit la tour que construisaient les fils d’Adam. Et YHWH יהוה dit “ Voici un peuple uni. ”, remarquez que c’est le Vaw ו, ou Elohim qui parle Gen. 11/6. Le mot Babel est en outre de sa dénomination habituelle, la porte des dieux.

la tente de la lumière d'Abraham

Gen. 13/18 - Abram leva ses tentes, et vint habiter parmi les chênes de Mamré, qui sont près d’Hébron. Et il bâtit là un autel à YHWH.

יח : וַיֶּאֱהַל אַבְרָם וַיָּבֹא וַיֵּשֶׁב בְּאֵלֹנֵי מַמְרֵא אֲשֶׁר בְּחֶבְרוֹן וַיִּבֶן-שָׁם מִזְבֵּחַ לַיהוָה.

Il s'agit ici de la tente cultuelle comme dans le cas de l’ivresse de Noé. Cette tente ohel אהל est du point de vue ésotérique celle de la flamme perpétuelle dédiée au Yod. Du point de vue symbolique cette tente est appelée la maison du souffle divin par l’expression Vaïavo ויבא, dont les nombres 13 et 19 sont ceux de la flamme labah לבה du cœur libah לבה et de l’amour ahavah אהבה . Cette flamme est représentée par le resh ר du nom d’Abram אברם qui est désigné également comme un prêtre. Du point de vue des nombres, si le Yod est enlevé du verbe aller vaïavo ויבא, il reste le nombre de la plénitude 9 et de la perfection. Ainsi, cette tente est dédiée à la lumière vivante, le noyau centre, ou le soleil au coeur de l’homme.

une anticipation sur le retour d'El-Elyon

Gen. 33/4 - Ésaü courut à sa rencontre; il l'embrassa, se jeta à son cou, et le baisa et ils pleurèrent. 5 - Ésaü, levant les yeux, vit les femmes et les enfants, et il dit: Qui sont ceux que tu as là? Et Jacob répondit: Ce sont les enfants qu'Elohim a accordés à ton serviteur.

ד: וַיָּרָץ עֵשָׂו לִקְרָאתוֹ וַיְחַבְּקֵהוּ וַיִּפֹּל עַל-צַוָּארָו וַיִּשָּׁקֵהוּ וַיִּבְכּוּ : ה : וַיִּשָּׂא אֶת-עֵינָיו וַיַּרְא אֶת-הַנָּשִׁים וְאֶת-הַיְלָדִים וַיֹּאמֶר מִי-אֵלֶּה לָּךְ וַיֹּאמַר הַיְלָדִים אֲשֶׁר-חָנַן אֱלֹהִים אֶת-עַבְדֶּך

Le goël d’Israël גואל ou son sauveur est représenté ici par le vaw de son cou tsouara צוארו comme le rocher d’Israël tsor צור. L’attitude d'Elohim lors de son retour est représentée par Esaw comme celui qui revient yarats ירץ de loin, de sa constellation assh עש. La rencontre du Père avec son premier né Jacob-Israël se fera dans une grande effusion, d'enlacements et de pleurs dans un abandon total. Tel est le sens de la ponctuation de toutes les lettres du mot embrasser vaïshaqéhou וישקהו, lorsqu'il sera à nouveau devant son peuple Israël. Le mot courir yarats ירץ peut être compris ici comme la complaisance ratsa רצה que le Ayin ע aura pour ses fils. Il est l’homme du noun נ, du ciel, celui qui a les yeux עיניו fixés sur ses enfants yéladim ילדים Jacob-Israël du premier jour au dernier jour de l’année.

la mise en route du germe

 Gen. 19/32 - Viens, faisons boire du vin à notre père, et couchons avec lui, afin que nous conservions la race de notre père. 33 - Elles firent donc boire du vin à leur père cette nuit-là; et l'aînée alla coucher avec son père: il ne s'aperçut ni quand elle se coucha, ni quand elle se leva. 34 - Le lendemain, l'aînée dit à la plus jeune: Voici, j'ai couché la nuit dernière avec mon père; faisons-lui boire du vin encore cette nuit, et va coucher avec lui, afin que nous conservions la race de notre père. 35 - Elles firent boire du vin à leur père encore cette nuit-là; et la cadette alla coucher avec lui: il ne s'aperçut ni quand elle se coucha, ni quand elle se leva.

לב :לְכָה נַשְׁקֶה אֶת-אָבִינוּ יַיִן וְנִשְׁכְּבָה עִמּוֹ וּנְחַיֶּה מֵאָבִינוּ זָרַע : לג וַתַּשְׁקֶיןָ אֶת-אֲבִיהֶן יַיִן בַּלַּיְלָה הוּא וַתָּבֹא הַבְּכִירָה וַתִּשְׁכַּב אֶת-אָבִיהָ וְלֹא-יָדַע בְּשִׁכְבָהּ וּבְקוּמָהּ : לד : וַיְהִי מִמָּחֳרָת וַתֹּאמֶר הַבְּכִירָה אֶל-הַצְּעִירָה הֵן-שָׁכַבְתִּי אֶמֶשׁ אֶת-אָבִי נַשְׁקֶנּוּ יַיִן גַּם-הַלַּיְלָה וּבֹאִי שִׁכְבִי עִמּוֹ וּנְחַיֶּה מֵאָבִינוּ זָרַע: לה : וַתַּשְׁקֶיןָ גַּם בַּלַּיְלָה הַהוּא אֶת-אֲבִיהֶן יָיִן וַתָּקָם הַצְּעִירָה וַתִּשְׁכַּב עִמּוֹ וְלֹא-יָדַע בְּשִׁכְבָהּ וּבְקֻמָהּ

Que remarque-t-on lorsque la fille aînée de Loth se lève de la couche de son père? Le verbe se lever véqoumah בקומה porte le vaw ו, et la lettre mem מ est pointée indiquant la maternité. Alors que pour la cadette le verbe se lever véqoumah בקמה n’en porte pas. Pour l’aînée, le mot nuit halilah הלילה devient une louange halel הלל pour le germe י d'un Elohim ו en devenir qui vient du ciel ל germe qui est en outre spécifié par le de hou הוא. L'aînée des filles donnera naissance à Moab l'ancêtre de David par Ruth qui était une princesse moabite. Ainsi nous voyons le parcours du germe le yod qui avait servi à la création d'Adam et aussi de la femme Ysha aboutir sur Jésus, le descendant de David ( tradition chrétienne ).

 

texte élaboré en 1987

  

Ajouter un commentaire

 
×